« Je les connais depuis les années 90 lorsque je jouais aux côtés de Bob Forrest dans Bicycle Thief et qu’on effectuait souvent leur premières parties de leurs concerts, raconte -guitare à la main- l’Américain Josh Klinghoffer, plus jeune (36 ans) membre du groupe. 

Grâce à John (Frusciante, ex-guitariste des Red Hot Chili Peppers avec qui il est devenu ami, NdlR), je savais donc comment le groupe bossait et puis leur rock fait partie de ma culture populaire depuis mes 11 ans. »

Si leur prestation live, samedi soir à Werchter, était quelque peu en roue libre en donnant l’impression de jouer dans leur garage ou de faire leur setlist en direct avec des blancs entre les morceaux, les RHCP -qui manquaient aussi de fraicheur malgré le t-shirt Be Fresh Like a Fish du leader Anthony Kiedis- sont toutefois repartis sur une bonne note. Avec ce déjanté bassiste de Fléa qui, au moment du rappel, rentre sur scène en marchant sur les mains et promet -après unCalifornication ou Give it Away de feu (et on ne dit pas cela pour ses cheveux rosés)- une revanche, en novembre, au Sportpaleis d’Anvers. « La première fois que je suis parti en vacances à l’étranger,se souvient Josh Klinghoffer, c’était pour aller en Angleterre avec ma famille. Et on avait décidé d’aller un jour à Anvers par bateau. J’avais 8 ans et tout ce dont je me souviens, c’est qu’on avait mis 4h30 de ferry aller retour. C’était si long qu’on ne pouvait pas rester longtemps en Belgique (sourires). »

Avoir intégré un groupe mythique comme les RHCP (60 millions d’albums vendus), c’est un challenge depuis 7 ans ?

"Oui et non car j’ai tout de suite été considéré comme un membre à part entière et j’ai mon mot à dire (il est le plus jeune artiste à être sur le Rock and Roll Hall of Fame grâce au groupe, Ndlr). Mais ce ne fut pas facile car c’est une toute nouvelle expérience, surtout que j’ai toujours cette impression de ne pas être un vrai guitariste. J’ai commencé comme batteur et me voilà finalement guitariste car j’en avais marre de trimballer ma batterie avec moi (sourires) . Je n’ai jamais eu cette période d’ado où je m’exerçais sans cesse à la guitare, je ne sais même pas comment je suis arrivé là où je suis. Il faudrait que j’assume un jour le fait que j’en sois un et me dédier totalement à cela. Mais c’est difficile pour moi d’uniquement me focaliser sur la guitare car j’adore aussi le piano, écrire des chansons, etc."

Dès votre arrivée dans le groupe, vous avez essuyé pas mal de critiques…

"Et il y en a encore beaucoup aujourd’hui… mais je ne lis pas les commentaires négatifs sur internet. Les gens qui passent leur temps à poster des commentaires négatifs en dessous des vidéos YouTube restent étranges pour moi. Je n’en comprends pas un seul. Je ne prends pas ces critiques au premier degré, sauf si elles sont argumentées et justifiées. Ça me rend triste que les gens ont ce besoin de vociférer leur opinion, idem pour les commentaires positifs. Même si cela n’a rien de mal mais quand les gens écrivent des choses négatives, ça me fait juste rire. J’ai simplement envie de leur dire : ‘mais que voulez-vous que j’y fasse si John a quitté le groupe et que les Red hot m’ont choisi pour le remplacer ?’ On dirait qu’ils cherchent à ce que je les mette en contact (sourires) !" Quant à la différence d’âge (53 vs 36 ans Ndlr.), elle se ressent surtout dans le fait qu’ils ont des enfants et moi pas (sourires). S’ils ont arrêté pendant tout un temps, c’est aussi parce qu’il devenait difficile de les amener avec eux en tournée. "

Jouer avec de telles icônes du rock, comment trouver sa place et y imprégner sa patte ?

"La bonne chose, c’est qu’on ne me reconnaît pas souvent dans la rue et je préfère cela ! J’ai la meilleure situation au monde, je peux aller au restaurant tranquillement alors que je tourne dans le monde avec eux. La célébrité me rend mal à l’aise, j’en suis donc ravi. Quant au groupe, j’essaie de l’influencer à ma façon. Avant mon arrivée, le band se contentait un peu de ce qu’il était et ce n’était pas évident de s’imposer dans un son déjà bien établi. On essaie donc de le faire évoluer avec de nouvelles idées, on a beaucoup créé pour se renouveler avec audace. Je ne voulais pas rejoindre le groupe et juste écrire des chansons pour copier mes héros mais bien composer quelque chose qui sonne le Red Hot Chili Peppers d’aujourd’hui, même si certaines sonnent comme le Red Hot d’hier. Enfin, si les chansons ne sont pas bonnes pour eux, cela ne veut pas forcément dire qu’elles le sont tout court. C’est une balance délicate à avoir, mais je ne voulais pas faire comme John et avoir ma propre identité." -Pierre-Yves Paque

Note: The Getaway (Warner) et les Red Hot Chili Peppers seront de retour au Sportpaleis d’Anvers le 6 novembre. Infos et réserv.: proximusgoformusic.be