Marie-Paule Belle chante les chansons de la longue dame brune décédée voici 5 ans

BRUXELLES C'était en mars 2001 au Théâtre des Dix Heures, à Paris. Marie-Paule Belle donnait un spectacle nouveau où, pour la première fois, elle abandonnait son répertoire et se plongeait dans celui de Barbara, disparue voici tout juste 5 ans. Cinq semaines à bureaux fermés. Suivi d'un transfert au Casino de Paris. Puis d'une tournée de 150 dates dont une seule en Belgique. En deuxième saison, Marie-Paule Belle a neuf rendez-vous chez nous.

Dans vos spectacles précédents, il vous arrivait de chanter des chansons qui n'étaient pas de vous?

`J'avais déjà repris Nantes de Barbara. Au départ, on m'avait demandé de l'enregistrer pour une anthologie de la chanson française où des chanteurs réinterprétaient les succès des autres. Cet enregistrement avait eu du succès et j'ai téléphoné à Barbara pour lui demander l'autorisation de reprendre sa chanson sur scène. Elle m'a répondu que c'était un vrai cadeau que je lui faisais. Par la suite, quand j'ai songé à ce spectacle, je lui en avais parlé aussi. Parce que, cet hommage, je voulais le faire de son vivant. Il n'était pas question, dans mon esprit, de le donner après sa mort. Mais j'ai cette idée dans la tête depuis que je chante, c'est-à-dire depuis trente ans. Je voulais lui rendre hommage parce que c'est elle qui m'a donné le déclic. Elle et Brel puisque c'est en chantant Le plat pays que j'ai gagné un concours en télévision, à Radio Monte-Carlo, qui fut déterminant pour la suite de ma carrière. J'avais d'ailleurs repris cette chanson dans mon répertoire et je devais la chanter à l'Olympia, en 1978, le jour où Brel est mort. J'avais aussi chanté D'aventures en aventures de Serge Lama. Parce que, lui, il m'a beaucoup aidée en me prenant dans ses premières parties.´

Vous connaissiez bien Barbara?

`Nous n'étions pas des amies intimes. Nous n'avons jamais dîné ensemble. Mais je l'ai croisée souvent. C'est un musicien , Roland Romanelli, qui me l'a amenée à cet Olympia 1978. Nous nous sommes jetées dans les bras l'une de l'autre. Elle aimait ce que je faisais et moi, j'adorais ses chansons. Pour une oeuvre humanitaire dirigée par la maman de Yannick Noah, au profit des enfants d'Afrique, nous avons enregistré une chanson ensemble, avec des tas d'autres femmes chanteuses. Quand tout le monde reprenait son souffle, moi, j'étais toujours la plus excitées de toutes. Et ce jour-là, Barbara m'avait surnommée Duracel. Elle aimait beaucoup rire. Tous les gens qui l'ont connue ou qui ont travaillé avec elle le disent: avec elle tout le monde était tout le temps écroulé de rire.´

Pour ce spectacle, vous vous habillez comme elle?

`Ah non! J'ai aussi souvent été en noir sur scène. Mais ici, c'est un noir nuancé de blanc, un costume assez fluide. Qui a été dessiné par Mine Vergez qui fut aussi la costumière de Barbara. Mais c'est un hasard.´

Et vos chansons à vous?

`La demande est telle que je tourne avec ces chansons de Barabara jusqu'en 2004. Entre les TGV, les avions et les voitures, j'ai du mal à me replonger dans mon propre univers et j'avoue que j'en suis un peu frustrée. D'autant que les gens me demandent aussi mes chansons. J'ai quand même une compensation énorme: je chante beaucoup. Et je me dis qu'on n'est jamais content. L'écriture me manque quand je chante. La scène me manque quand j'écris. Mais je crois que je peux être heureuse de ce qui se passe depuis un an.´

Marie-Paule Belle chante Barbara: le 28 novembre à Auderghem; le 3 décembre à Tournai, le 6 à Arlon, le 12 à La Louvière puis le 6 mars à Uccle, le 20 à Dinant et le 22 à Huy; et encore le 10 avril à Ottignies. Réservations: 0900/10 939

© La Dernière Heure 2002