En tant qu'artiste en résidence pendant près de 30 ans, Philippe Boesmans a reçu de nombreuses commandes de la Monnaie. Son premier opéra, "La Passion de Gilles", a été créé en 1983. Avaient suivi "Reigen" (1993), d'après une pièce d'Arthur Schnitzler, "Wintermärchen" (1999), d'après Shakespeare, et "Julie" (2004), d'après la pièce "Fröken Julie" d'August Strindberg.

Par la suite, en coproduction entre la Monnaie et de grandes maisons d'opéra à Paris et à Aix-en-Provence, il avait créé "Yvonne, princesse de Bourgogne" (2009), "Au Monde" (2014) et plus récemment "Pinocchio" (2017), deux titres en collaboration avec Joël Pommerat.

La Monnaie avait annoncé il y a quelques semaines la création d'un nouvel opéra de Philippe Boesmans : "On purge bébé". La partition de cette comédie était en cours de finalisation. La première est toujours prévue en décembre de cette année, indique la Monnaie.

En plus de ses œuvres pour la scène, Philippe Boesmans était également très actif en tant que compositeur de musique de chambre et de pièces symphoniques.

Le travail du compositeur avait été couronné de nombreux prix, dont le prix Honegger pour l'ensemble de son œuvre, en 2000.

Philippe Boesmans avait récemment combattu un cancer. Peu après, en mars 2021, un incendie avait détruit son appartement du centre de Bruxelles et la majorité de ses possessions, dont son piano Bechstein. Il est décédé dimanche soir d'une "courte maladie", selon le communiqué de la Monnaie.

"Nous voulons nous souvenir de Philippe pour son humanisme, son humour et sa générosité", a déclaré le directeur général de La Monnaie, Peter de Caluwe. "Sa contribution artistique à la Monnaie et au monde de l'opéra contemporain est inestimable. Trois directeurs successifs ont pu compter sur ses commentaires constructifs concernant la programmation de notre institution, pour laquelle il a fait des suggestions originales à plusieurs reprises. Son opinion comptait, et elle nous manquera beaucoup."

La ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard a salué sur Twitter un "artiste de renommée internationale, compositeur hors pair" et présenté ses condoléances à ses proches.

Son homologue française, Roselyne Bachelot, s'est dite "très attristée" d'apprendre la mort du compositeur. "Je salue son immense talent, son goût profond pour la transmission et ses œuvres qui nous enchantaient depuis des décennies."

"C'est avec grande tristesse que nous apprenons le décès de Philippe Boesmans, figure de la musique internationale", a également tweeté l'Opéra de Paris. Il avait remporté le prix du Syndicat de la critique française de la meilleure création en 2009 pour "Yvonne princesse de Bourgogne", que l'Opéra de Paris lui avait commandé.