Les finales du Concours Reine Elisabeth se sont ouvertes mercredi soir

BRUXELLES Après un petit pincement au coeur de ne pas voir nos compatriotes accéder au dernier tour, les finales du Concours Reine Elisabeth se sont ouvertes mercredi soir au palais des Beaux-Arts en présence de la reine Fabiola, avec l'orchestre symphonique de la Monnaie, sous la direction de Kazushi Ono. Ce sont 12 finalistes représentant 9 pays qui vont interpréter un copieux programme, devant à la fois faire plaisir aux amateurs d'opéra et de mélodie et... au jury.

Le baryton coréen Changhan Lim (29 ans) nous ramène son beau timbre et sa bonne diction française : ce n'est pas par hasard, car on sait maintenant qu'il a étudié à Marseille, ce qui lui permet de nous chanter Gounod, Ravel, Rossini, Massenet de façon si parlante. Avec cela, la langue italienne n'a pas de secret pour lui : dommage qu'il appuie quelques sons dans Verdi.

Ce qui nous amène à constater que l'Anglaise Elisabeth Bailey (28 ans) recherche davantage l'émotion dans la qualité expressive de sa voix, qui paraît plus naturelle et plus égale qu'en demi-finale. La prouesse est réelle dans Bellini et Donizetti; Mozart soulève un enthousiasme supplémentaire de même que la Cunégonde de Bernstein, brillamment interprétée et presque mise en scène.



© La Dernière Heure 2008