La prudence, voilà le maître-mot qui a dirigé les décisions annoncées vendredi.

Du côté des acteurs culturels qui espéraient enfin une éclaircie dans un horizon "bouché de chez bouché" depuis plus d’un an maintenant, la résignation semblait de mise dès avant la réunion. Pourtant, acteurs subsidiés et non subsidiés, dans une rare unité, avaient proposé un plan concerté de déconfinement progressif pour rouvrir les activités dès le mois de mai. Las, ils n’ont pas été entendus ou si peu.

Concrètement, le Codeco s’en est tenu à ce qu’il avait déjà laissé entendre, soit son plan plein air. À savoir la possibilité d’organiser des spectacles ou des événements à partir du 8 mai en extérieur avec une capacité maximale de 50 personnes masquées, assises et respectant la distance de sécurité d’1,5 mètre. Et cela à condition que plus de 80 % des personnes vulnérables (65 ans et plus) aient reçu leur première dose de vaccin et que la situation dans les soins intensifs se soit améliorée.

Sont également enfin annoncés les fameux événements tests destinés à évaluer scientifiquement les résultats de différents protocoles. Quand ? En mai, sans plus de précisions. Toujours cette fameuse prudence de Sioux qui a le don de crisper le secteur…

En juin, la jauge à l’extérieur pourrait passer à 200 personnes, masquées et distanciées. Mais toujours à condition que plus de 80 % des personnes à risques aient reçu leur première dose de vaccin et que le nombre de lits occupés en soins intensifs avoisine les 500.

Si ces conditions sont remplies, des événements et spectacles pourraient aussi être organisés en intérieur avec un maximum de 75 % de l’espace des salles utilisé et pas plus de 200 personnes, masquées, assises et respectant les distances de sécurité.

Quant aux festivals de l’été, ils sont priés d’attendre avant d’être fixés sur leur sort. Le Codeco se donne jusqu’au 11 mai, date de sa prochaine rencontre, pour voir comment les choses évoluent, notamment la vaccination.

Hier, le groupe Kinepolis a annoncé vouloir rouvrir ses salles en juin si de véritables évènements en salle sont possibles comme prévu. "Nous sommes satisfaits de cette perspective", a déclaré la porte-parole de Kinepolis.