Cela fait des semaines que Doria D promène sa “Dépendance” sur les ondes de nos radios. Son premier single est actuellement classé à la 29e place de l'Ultratop singles 17 semaines après son entrée. Il s’est hissé deux semaines durant sur la deuxième marche du podium et s’est longtemps offert la médaille de chanson la plus diffusée par les radios francophones. Ajoutez à cela 6 millions de streams, un million de vues sur YouTube et des programmations en France sur NRJ, Virgin Radio et Fun Radio en France. Joli palmarès s'il en est.


Vous l’aurez compris, Doria D, c’est le phénomène du moment. En Belgique mais aussi par-delà la frontière. Une ascension fulgurante pour une jeune femme de 21 ans encore inconnue au bataillon il y a quelques mois à peine. Un succès qui marche sur les traces d’une Angèle ? C’est peut-être aller vite en besogne même si le fait de sortir de nulle part rend sa percée des plus étonnantes.

Les plateformes de streaming en sont gaga

La Néolouvaniste ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle a tapé dans l’œil, ou plutôt dans l’oreille, des plateformes de streaming, qu’il s’agisse de Deezer, d’Apple Music et surtout de Spotify. Elle a eu l’honneur de la playlist “New Music Friday” très en vue sur la plateforme et poussée par ses soins. Désormais, la voici aussi, pour tout ce mois de juillet ,l’“égérie” d’EQUAL, la plateforme lancée en mai dernier par Spotify pour remédier à la sous-représentation des femmes dans la musique. Elle succède à Charles.

© D.R.

N’oublions pas non plus que pour un an, elle a intégré Next, le programme de mise en avant de talents de Deeze !

Ce n’est toujours pas tout. Son nouveau single, une reprise de “Jeune et con” de Damien Saez, semble suivre les traces de son prédécesseur. À peine sorti, il est déjà un des morceaux les plus repérés par l’application Shazam qui permet d’identifier une chanson.


Un EP 6 titres très prometteur

Le titre, tout comme “Dépendance”, fait partie des 6 chansons du EP qu’elle a sorti à la mi-juin. On y trouve également “Hors tempo” qui comme "dépendance" et "Jeune et con", affiche ce mélange ultra efficace fait de rythmes entraînants et d’un phrasé tout aussi percutant. La jeune femme sait aussi se faire plus grave dans l’atmosphère comme avec “Sur ma tombe” que ne renierait peut-être pas Angèle. Idem avec “Âme dans le néant”. Non pas qu’il s’agisse de copies conformes, mais bien au contraire parce que ses chansons installent des atmosphères qui ne sont pas sans rappeler celles qu’affectionne l’interprète de “Balance ton quoi”.


“Qui suis-Je ? Je me cherche encore !”, confiait-elle dans la DH en avril dernier. En quelques semaines, la Brabançonne wallonne semble s’être trouvée et bien trouvée tant elle est absolument sur tous les fronts. On attend à présent avec impatience de pouvoir la découvrir sur scène autant qu’elle est impatiente de rencontrer son public, nous avait-elle glissé au printemps.