Rare en interview, Jacques Dutronc s’est confié au micro d’Europe 1.

"Je le détestais, confesse-t-il, à propos de Serge Gainsbourg, au micro de Nikos Aliagas dans l’émission Sortez du cadre sur Europe 1, ce samedi. Mais c’était réciproque. C’est pour ça que je le détestais, parce qu’il me détestait !"

"C’est comme sur scène, si on sent que les gens vous aiment, on les aime… ajoute le chanteur dans cet entretien réalisé chez lui, en toute intimité, en Corse. Et comme pour certains l’argent les rend plus ou moins beau ou plus ou moins affectueux. Françoise (Hardy, sa compagne NdlR.) voulait qu’on se rencontre alors que nous, pas. Elle a finalement réussi."

Gainsbourg, Dieu le père

Habituellement réservé, discret voire secret (et non pas Et moi , et moi et moi comme dans sa chanson), Jacques Dutronc se livre au sujet de Serge qui s’était amusé à faire la circulation sur l’île Rousse, au nord de la Corse : "Serge a sifflé, il a fait un embouteillage gigantesque". Résultat, "ça a fini à la gendarmerie", autour d’"un barbecue" et "plein d’enfants". Gainsbourg était alors "dieu le père", selon Dutronc.

En parlant de génération, après Goldman et La bande à Renaud, place à Joyeux anniversaire M’sieur Jacques Dutronc, l’album hommage et de reprises des plus grands succès du dandy décalé par d’autres artistes qui le sont parfois tout autant (Nicola Sirkis, Brigitte, Gaetan Roussel, Zaz, Cabrel, Camélia Jordana, Julien Doré, Miossec, JoeyStarr, son fils Thomas et notre compatriote Annie Cordy "même si elle m’a cassé les oreilles des nuits entières").

Prévu le 30 mars, la sortie de ce disque coïncidera à un mois près avec son 72e anniversaire (le 28 avril). "Je suis très très vieux, ça ressemblera donc plus à un papy birthday to you !", plaisante celui dont le rêve était de devenir menuisier.

Entre anecdotes ("j’ai chanté un concert entièrement de dos"; "J’ai refusé une photo avec les Beatles et de tourner avec Spielberg"; "Mick Jagger voyait surtout Françoise car il voulait se la croquer (rires)"), on apprend aussi que l’interprète de L’opportuniste et d’Il est cinq heures a eu un parcours involontaire. "Acteur, c’était pour faire rire les potes, le cinéma français me fait chier." Son César du Meilleur acteur en 1992 pour sa performance dans Van Gogh ? Il l’a donné au cafetier du coin, à Monte Cinto. Ou encore ses disques d’or planqués entre deux bouquins. Même s’il avoue "vivre de regrets car je ne vis pas l’instant présent", Jacques Dutronc a des souvenirs à la pelle comme celui du discours prononcé par le président Georges Pompidou (et devant lequel il a déjà "chanté à poil !") lors d’un conseil des ministres : "Pour ce qui est de la commodité, croyez bien que j’ai appris que dans la vie gouvernementale, comme dit Jacques Dutronc, il y a des cactus." "Du jour au lendemain, j’ai vendu 400 000 disques, quel bel attaché presse ! " (sourires).