Ce ongwriter anglais fan de Tom Waits vient de sortir son premier album. Il sera le 21 septembre aux Nuits Botanique

BRUXELLES Tom Waits, Randy Newman, The The, Elliott Smith mais aussi les Beach Boys
Voilà les références qui ont été citées lorsque Here be monsters, premier album du songwriter et multi-instrumentiste anglais Ed Harcourt, est paru au début de l'été. Chez nous, c'est le 13 août dernier, soit la veille de son vingt-quatrième anniversaire, qu'il a débarqué pour nous parler de cette subtile collection de onze morceaux pop/rock qui se démarquent du lot par leur fausse simplicité et leur réelle émotion. Rencontre en prélude à son passage aux Nuits Botanique le 21 septembre

Lors d'un concert en Angleterre, vous avez cassé votre piano parce que vous n'étiez pas content de la réaction du public. Ça vous arrive souvent?
`Non, rassurez-vous! Je n'aurais jamais dû me produire dans cet endroit. Il s'agissait d'un club où tous les gens étaient venus voir le DJ David Holmes. Je ne sais pas pourquoi on m'a demandé de jouer en première partie. Toujours est-il que ce fut une très mauvaise idée. Les gars étaient tous saouls et n'en avaient rien à foutre. A un moment, je me suis levé et j'ai commencé à taper sur mon piano pour attirer leur attention. J'ai ensuite quitté la scène.´

Pensez-vous à quelqu'un en particulier quand vous écrivez vos chansons?
`C'est souvent ma petite amie qui revient en tête lorsque je compose. Toutes les chansons d'amour ont été écrites en pensant à elle. Ma favorite est She fell into my arms. J'ai essayé de pondre un texte qui évitait tous les clichés du genre.´

Quel fut votre premier instrument?
`Voyant que je n'étais pas doué pour le sport, mes parents m'ont poussé à suivre des cours de piano. Je suis ensuite passé à la batterie et à la guitare. Quand je compose, je travaille essentiellement au piano.´

Vos influences?
`J'ai beaucoup pensé à Tom Waits lorsque j'ai enregistré cet album. J'écoute aussi beaucoup Sparklehorse, Radiohead, Mercury Rev, PJ Harvey, Chet Baker, Lou Reed. Mais si je dois citer une influence majeure, ce sont les Beach Boys pour leur sens de la mélodie.´

Quelle formule vous définit le mieux?
`Je suis un perfectionniste qui n'aime pas la perfection. J'aime aller au bout de toutes mes idées. Parfois j'en utilise trois ou quatre pour la même chanson. Mais j'aime aussi les trucs simples, les fautes, le son un peu crade, le côté réel de la musique.´

Ed Harcourt, Here be monsters (Emi). Le 21 septembre aux Nuits Bota (02/218.37.32 ou www.botanique.be).