Eminem vient de dévoiler aujourd'hui son tout nouvel album intitulé "Music to Be Murdered By”.

L'année 2020 ne pouvait pas commencer sous de meilleurs auspices. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Eminem a créé la surprise en sortant un nouvel album, son onzième. Music To Be Murdred By est tout sauf une compilation de fonds de tiroir. Il est copieux avec ses 20 plages et surtout, il dérange.

Ça commence par la pochette sur laquelle le sticker “Parental Advisory Explicit Content” s’avère tout à fait superfétatoire ! La photo d’un homme un revolver sur la tempe gauche et une hache sur celle de droite, inspirée de la pochette du seul album sur lequel apparaît Alfred Hitchcock (qui porte d’ailleurs le même titre que celui d’Eminem !), en dit déjà long sur le contenu. S’y ajoutent des coulées sanguinolentes qui parachèvent de donner le ton du disque : sanglant. 



Confirmation dès les premières secondes de l’intro pendant lesquelles les sons entendus ne laissent aucun doute : quelqu’un se fait poignarder sauvagement. Il profite des 2 minutes 53 secondes pour régler ses comptes avec les critiques qui ont étripé Kamikaze sorti en 2018, en particulier le magazine Rolling Stone. Ça manque un peu d’originalité parce qu’il avait déjà dégommé les critiques de la même façon sur le premier titre de… Kamikaze.

La polémique

Mais dès le morceau suivant, “Unacommodating” (avec le featuring de Young M.A), le rappeur lâche la punchline qui créé la polémique : “Je contemple le cri des bombes qui tombent sur le game comme si j’étais à l’extérieur d’un concert d’Ariana Grande”. L’allusion n’a échappé à personne, c’est bien de l’attentat commis lors du concert de la chanteuse à Manchester en mai 2017 qu’il est question. Il avait provoqué la mort de 22 personnes. Il n’en fallait pas plus pour provoquer la colère des fans de l’Américaine qui tirent à boulet rouge sur le rappeur. “Faire une blague sur une attaque qui a pris la vie d’enfants ? Vous êtes sérieux ?”, peut-on lire sur Twitter. Ou encore : “Même si vous n’aimez pas Ariana Grande, commenter si médiocrement un concert visé par une véritable attaque terroriste, c’est dégoûtant. Fuck Eminem.”


Eminem ne lâche pas le morceau sur “Darkness”, le huitième titre de ce nouvel album qu’accompagne un clip. Cette fois, c’est la tuerie de Las Vegas du 1er octobre 2017 qui est dans son viseur. Elle avait fait 58 morts et 527 blessés. Il l’utilise comme tremplin pour dénoncer la violence engendrée par les armes à feu et appeler les Américains à faire en sorte que la loi change pour éviter à l’avenir de telles tueries de masse.


Cependant, limiter Music To Be Murdered By à ses effusions d’hémoglobine est très réducteur. Eminem propose un très bon disque sur lequel il fait la part belle aux collaborations. Et non des moindres. Outre Young M.A, épinglons les participations de Royce Da 5’9’’, White Golg, Black Thought, Q-Tip (A Tribe Called Quest), Deanun, KXNG Crooked, Joell Ortiz Skylar Grey, Anderson. Paak et le très en vue Don Toliver qui a fait parler la poudre avec Travis Scott sur JackBoys.

Dr. Dre à la manoeuvre

Ce n’est pas tout. Le rappeur de Détroit s’est aussi acoquiné avec Ed Sheeran sur le très bon “Those Kinda Nights” et rend hommage à Juice Wrld, décédé le mois dernier à seulement 21 ans, en lui offrant un featuring sur “Godzilla”. Ajoutez à cette longue liste la cerise sur le gâteau. Sept des vingt titres sont des productions signées Dr Dre ! Comme au bon vieux temps ? Oui mais… Trois d’entre eux ne durent qu’une poignée de secondes et constituent des interludes. Il n’a posé sa patte "que" sur “Premonition (Intro)”, “Never Love Again”, “Little Engine” et “Lock It Up”. Dommage.

N’en déplaise aux fans qui ne jurent que par le rap et rien d’autre, les plages de Music To Be Murdered By qui nous ont le plus tapés dans l’oreille incorporent des phrasés pop. Il y a le très sombre mais aussi beau “Darkness” (et ses samples tirés de Simon&Garfunkel), “Leaving Heaven” avec la voix envoûtante de Skylar Grey et le remuant “Yah Yah”. Ou encore “Stepdad” et “Those Kinda Nights” sur lequel Ed Sheeran se fait entendre.

Dans l’ensemble, Eminem propose un album de très bonne facture même si par moments son flow mitraillette peut fatiguer un peu l’auditeur.