Le chanteur français répond aux attentes du PBA.  

Bernard Lavilliers a ravi son public ce soir au Palais des Beaux-Arts de Charleroi. La preuve: la salle carolo était comble. 
 
Dès les premières notes, le chanteur annonce la couleur avec Scorpion .Il nous fera ensuite voyager. De Kingston avec Stand the guetto , hommage à son ami Bob Marley, il nous emmène à Big Apple avec Y'a pas qu'à New York . Ensuite, brève escale à Paris avec Pigalle La Blanche pour repartir de plus belle vers le Brésil, et plus précisément en dessous de l'Amazone.
Noir et Blanc , Les aventures extraordinaires d'un billet de banque , il enchaîne. Il se lève, c'est l'heure. "Nicoletta n'est pas là, Catherine Ringer non plus d'ailleurs" , dit le sexagénaire, "Vous pouvez choisir de vous mettre à la place de l'une ou l'autre." Idées noires commence, moment d'émotion. "Où es-tu?" , le public reprend en choeur " quand tu es dans mes bras..."
Mais le morceau que tout le monde attendait ne viendra qu'à la fin. Les mains d'or , énorme succès du chanteur connu pour ses textes engagés. Toute la salle du PBA se lève. C'est la consécration. "Ce concert m'a tout simplement émerveillé. Les musiciens sont exceptionnels, on voit qu'ils ont la musique dans la peau" , confiera François avant que sa compagne Laure ne rajoute: " Vous imaginez ce qu'il est encore capable de faire à son âge? 68 ans! et il danse encore la salsa . Il a une de ces présences sur scène, c'est fabuleux. Il est proche de son public. Avec le temps, sa voix n'a toujours pas changé et les paroles de ses chansons prêtent vraiment à réfléchir."
Très attristé par les événements tragiques de ce début d'année et pour clôturer cette soirée réussie, Bernard Lavilliers ne manquera pas de rendre hommage aux victimes de Charlie Hebdo, qui étaient ses amis avant tout, en interprétant On the road again , son tube de 1988.