En cette suffocante journée d’août, la journée belge la plus chaude du siècle, paraît-il (en même temps, le siècle a treize ans), les festivaliers affluent en masse vers l’abbaye de Floreffe. La petite gare locale ne voit sans doute défiler autant de monde qu’une fois l’an. Les courageux qui portent leurs gros sacs à dos vers la zone de camping et les chanceux qui ont déjà enfilé leur maillot de bain pour franchir l’entrée du festival partagent le même sentiment : cette soirée musicale va valoir le détour. Et, de fait, une fois l’épreuve du plantage de tente franchie (et la rencontre avec la pin-up du coin qui réserve la moitié de la pelouse bondée à craquer pour "des amis" ou plutôt pour son espace de bronzage personnel), l’ambiance sur le festival vaut le détour.

À plusieurs pâtés de maisons de l’abbaye de Floreffe, on entend déjà la musique. Celle, très entraînante, des Peas Project, qui ont été parmi les premiers groupes à ouvrir le bal, séduit particulièrement les spectateurs. Les amateurs de tous âges (on a croisé beaucoup d’enfants, les oreilles couvertes par de petits casques de protection) se sont régalés !

Entre les artistes de rue, les bénévoles munis de talkie-walkie (ce qui est complètement la classe), les multiples magasins de nourriture, les festivaliers ont un accessoire essentiel : la bouteille d’eau (à boire ou à verser sur la tête). Et ce, même s’ils sont arrosés par des bénévoles, mandatés spécialement pour cette rafraîchissante mission. Ils ont également profité des sympathiques Chicos y Mendez (sur la scène Découvertes, dont le nom parle pour elle) et des très dynamiques Mama Rosin, qui ont mis l’ambiance avant les concerts de la soirée. Les plus attendus de la journée.

Alors que le jour se couche doucement et que les coups de soleil pris dans la journée laissent enfin un peu de répit, le talentueux Patrice (voir notre interview ci-dessous) entre en scène. Il offre un show nuancé, tantôt tout en douceur, tantôt offrant des doses d’énergie pure. Les fans, et ils sont nombreux, sont aux anges. À la fin du concert, ils semblent épuisés par la danse et la chaleur.

Pourtant, la soirée ne fait que commencer: le dernier concert débute après une heure du matin. De toute façon, personne ne compte vraiment dormir.