Malgré l'actualité maussade, le chanteur français a réussi à emporter son public.

Pas de show, de jeux de lumière ou d'effets à en couper le souffle. Ce lundi soir, Francis Cabrel a offert un concert plutôt intime, loin des paillettes du showbiz, à la salle comble du Cirque Royal de Bruxelles. Intime peut-être mais surtout flamboyant et vrai, sans en faire de trop.

Après une première partie assurée par Esthen, un chanteur Montois, compagnon d'une certaine Aurélie Cabrel, l'interprète de C'est écrit est arrivé sur scène (aux alentours de 21h) et attaque la soirée avec une chanson issue de son nouvel album, In Extremis: La voix du crooner. "Ce soir la salle est presque pleine. Il fera ses chansons anciennes dans sa dégaine de tombeur"… des premières paroles qui annonce le ton donné à ces deux heures trente de concert.

Si Assis sur le rebord du monde (1994), deuxième titre du concert, nous fait davantage penser aux événements récents qui ont touché la France, la plupart des autres chansons interprétées par Francis Cabrel nous font remonter dans le temps. Surtout celui des grands succès avec Petite Marie, Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerais, Encore et encore, Sarbacane ou encore l'indémodable, Je l'aime à mourir.

Après presque quarante ans de carrière, le chanteur originaire d'Agen n'a rien perdu de sa capacité à faire rêver. C'est bien simple, ce lundi, le Cirque Royal avait la tête dans les étoiles…

Note: Francis Cabrel - In Extremis Tour: ce mercredi 18 novembre au Palais des Beaux-Arts de Charleroi (Complet) mais également les 4 et 5 mars prochains à Forest National. Réservations sur www.sherpa.be