Né à Châteauroux, Gazo a passé peu de temps dans l'Indre, déménageant avec sa famille dans le 11e arrondissement de Paris. Il a passé son adolescence entre les conneries et les foyers. Mais c'est dans les studios que le rappeur a trouvé sa voie, qu'il se sentait "dans son élément". Une heure par-ci, par-là, payée avec l'argent de ses larcins, quand louer un studio coûtait encore fort cher.

Le jeune homme a débuté avec le rap, puis s'est mis à la trap avant de découvrir la drill. Ce sous-genre du hip-hop a été lancé au début des années 2010 par les jeunes rappeurs et producteurs originaires des quartiers de South Side à Chicago. Elle s'est ensuite démocratisée dans le monde entier, notamment à Londres où la scène est très prolifique.

La drill, Gazo l'a découverte grâce à ses amis. Un courant auquel il n'adhérait pas forcément avant d'en comprendre toute sa force, sa puissance et sa popularité. Mais faire de la drill, serait-ce de l'opportunisme ? "Quand j'ai commencé à rapper, la drill de Chicago n'existait même pas encore. (...) D'abord, j'ai rappé, puis j'ai vu la trap arriver, j'ai trappé, et maintenant c'est la drill et je suis dedans. C'est comme ça, on s'adapte."

Gazo a fait appel à plusieurs rappeurs européens pour son premier projet DRILL FR dont l'allemand Luciano, les britanniques Unknown T et Pa Salieu ou encore le belge Hamza. L'idée ? Dépasser les frontières et être écouté au-delà de la francophonie.

Rencontre en vidéo pour évoquer son enfance, la drill et ses projets.