Gilberto Gil, légende vivante de la musique brésilienne, est officiellement immortel : le chanteur de 79 ans a été intronisé vendredi soir à l’Académie brésilienne des Lettres (ABL), et a assuré qu’il "gardait espoir" malgré la période "politiquement sombre" traversée par son pays. "Les écrivains et les artistes ont rarement fait face à autant d’hostilité", a déclaré l’icône du tropicalisme, qui a revêtu pour la première fois son habit de cérémonie vert kaki orné de dorures pour son intronisation, à Rio de Janeiro.

Il est le deuxième homme noir dans la composition actuelle de l’ABL, qui compte 40 membres et a été fondée en 1897 sur le modèle de l’Académie française.

"L’Académie brésilienne des lettres a pour responsabilité de renforcer l’image intellectuelle du pays face à l’obscurantisme, la démagogie et les atteintes à la démocratie", a ajouté le chanteur dans un discours très critique envers le gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui n’a toutefois pas été cité nommément.

"Malgré la période politiquement sombre que nous traversons, je garde espoir au milieu des ténèbres", a insisté cet ancien ministre de la Culture de l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, grand rival de M. Bolsonaro pour la présidentielle d’octobre.