"Sorti le 4 décembre, Le fléau, le très attendu nouvel album de Gims, a fait son entrée dans les charts français et à la septième place de notre Ultrtop Album. Même s’il est devancé par Calogero, Mylène Farmer, Patrick Bruel, Francis Cabrel, AC/DC et Grand Corps Malade, le rappeur français s’offre une très honorable entrée en matière, même si c’est incomparablement moins flamboyant qu’avec Ceinture noire.

Pourtant, les fans étaient loin d’être tous convaincus par le disque. Initialement annoncé comme 100 % rap, ils ont déchanté en constatant qu’il lorgnait en réalité aussi sur la pop. On se souvient des commentaires qui ont fleuri sur la Toile : “L’album 100 % rap de Gims commence par du chant en INTRO…”, “Il fait de l’opéra en intro “, ”C’est zéro”, “Ça manque d’originalité”, “À mon avis, sur Le Fléau, Gims est à 30 % de ces capacités…”, “Il a enlevé ‘Maître’parce qu’il a régressé je suis trop énervé”.


Manifestement exaspéré par ces critiques, Gims s’est lâché sur Instagram. “L’album est rap ! 17 titres avec 2 titres seulement pop urbaine, variété. L’album est rap, ne m’adressez plus la parole. Fermez-la !”, a-t-il adressé à l’égard de ses détracteurs avant s’en prendre à une pauvre chaise qui avait le malheur de traîner dans les parages.

Une rage cependant vite oublié puisque le Maître - qui a décidé de ne plus l’être, en tout cas dans son nom de scène - s’est surtout réjoui d’avoir écoulé 40000 copies de son disque et ce malgré une fuite. “Merci à ceux qui ont fait le déplacement parce que c’est symbolique, c’est fort”, a-t-il confié en faisant allusion à la fuite sur le web et en entamant une danse de la joie.

Un bonheur n'arrivant pas seul, Gims donne rendez-vous à ses fans le 16 décembre à 20 heures, sur la chaîne YouTube Red Binks. "On vous a créé en duo un banger unique pour cette nouvelle édition. À la clé, un concours permettant à l’un d’entre vous d’en devenir l’auteur/interprète de et de venir l’enregistrer avec nous en studio, indique-t-il sur Instagram. Pour vous départager, un jury de professionnels de l’industrie viendra nous soutenir."