Voyage Dans la tête d'un homme , celle d'Alexandre Kinn

BRUXELLES Incontestablement, il y a du de Palmas dans la voix d'Alexandre Kinn. Mais ce serait lui faire offense de ne retenir que cela de son premier album, Dans la tête d'un homme , dont le single, Aude , tourne en boucle sur les grands réseaux et dont l'entêtant refrain (Emmène-moi loin, loin, loin ) ne vous quitte plus lorsqu'il vous tombe dans l'oreille. Son bonnet vissé sur la tête (qu'il a bien pleine), Alexandre Kinn, un rien timide (mais ça se soigne), arpente les couloirs de RTL, où se déroule l'interview, avec sa guitare. Dont il désespère de pouvoir jouer. Sur son tee-shirt, un Zeppelin qui annonce la couleur. "C'est sur Stairway to heaven que j'ai éprouvé mon premier frisson musical ", confirme-t-il. D'ailleurs, dans ses influences, on ne trouve que des groupes anglo-saxons. "Mais c'est un hasard" , dit-il très vite comme pour se justifier. "À part les grands, Gainsbourg, Brel, Brassens, je n'ai jamais beaucoup écouté de chanson française. À dire vrai, ça m'ennuie. " C'est pour cette raison, sans doute, qu'on sent dans ses accords de guitare des racines qui viennent d'ailleurs, d'un peu plus loin, d'un peu de blues. Mais derrière l'apparente simplicité des arrangements de Dans la tête d'un homme , Alexandre Kinn confesse qu'il y a du travail. Beaucoup de travail. "J'ai suivi une femme à La Nouvelle-Orléans et j'y ai rencontré des musiciens qui ont un gros niveau technique. Leur seul boulot est de pouvoir minimiser et simplifier au maximum pour arriver à des riffs très simples . On n'a fait que deux prises pour tous les morceaux. Au départ, je n'était pas d'accord, mais je me suis rendu compte qu'ils avaient raison. "

Côté texte, aussi, Alexandre a travaillé. Rien que pour le titre J'appartiens , il avait quatre feuilles doubles, bourrées de phrases dont il se demandait comment les agencer. "J'ai été obligé d'épurer un maximum. Au total, j'avais 80 titres et je n'en ai retenu que 13. Là, la maison de disques m'a laissé carte blanche. Et puis, comme ça, j'ai encore plein de chansons que je peux jouer sur scène et que le public ne connaît pas encore ."

Grand lecteur, diplômé d'histoire, spécialiste de l'Égypte, Alexandre Kinn aurait pu embrasser une autre carrière. Mais la musique l'a happé. "Blaise Cendras est un de mes auteurs préférés parce qu'il n'intellectualise rien mais qu'il sensibilise tout. Moi, ça me plaît", dit-il. Un credo qu'il veut faire sien. C'est en bonne voie.

Alexandre Kinn, Dans la tête d'un homme, Universal. Aux Francos de Spa le 18/07.



© La Dernière Heure 2008