Musique Deux ans après The Afterlove, le Britannique est de retour avec Once Upon a Mind, un disque très personnel.

James Blunt n’a pas une minute à perdre. Son emploi du temps est millimétré, comme une partition musicale qui ne tolère pas l’improvisation. Dans les loges de la soirée de clôture de Cap48, le Britannique rentabilise chaque instant. À peine a-t-il un instant qu’il se lance dans un chat vidéo avec son fils resté loin de la Belgique. Parce que désormais, la famille, c’est plus que sacré pour lui. Et quand vient l’heure des interviews pour promouvoir la sortie de son nouvel album, Once Upon a Mind, hyper professionnel, c’est quasiment à la seconde près que sa porte s’ouvre pour accueillir le journaliste.

(...)