Entre les textes en forme de déclaration d’amour et les envolées lyriques de l’homme à la tête de choux et le son délicieusement pop du maître français, Jane Birkin a faufilé son brin de voix si typique pour un concert à la fois intimiste et enthousiaste.

Entrée clopin clopante sur des accords de " Je t’aime moi non plus ", l’éternelle jeune de désormais 75 ans entame une Jane B. qui emporte d’emblée les spectateurs du Cirque Royal avec elle. Malgré une posture statique avec un tabouret comme béquille, la justesse de son timbre de voix, sa sincérité et la beauté des arrangements spécifiquement dédiés à la scène offrent un moment suspendu. Entre sixties et son ex-fan et les nouveautés de « Oh pardon tu dormais » (issu d’une pièce de théâtre qu’elle a écrite en… 1998) en passant par l’émouvant hommage à Melody Nelson et la larme à l’œil avec " Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve ".

Il n’est pas de hasard mais peut-être était-ce notre dernier rendez-vous avec Jane Birkin. L’AVC dont elle a été victime l’oblige à faire attention à sa santé. Durant 1h30 d’un concert plein de justesse et d’émition, elle s’est accoudée à un tabouret comme à une béquille.

Est-ce un réel hasard si le jeu de lumière oscillait entre sa mise en valeur et un passage dans l’obscurité ? Nous pourrons dire que nous y étions.