Le chanteur belge s'est éteint ce mardi après-midi à l'âge de 43 ans


Les vidéos du Gangster d'Amour


Réagissez!

Vos réactions


Les réactions des personnalités


BRUXELLES Le chanteur Jeff Bodart, figure de la scène variété-rock belge, est décédé à l'âge de 45 ans, trois semaines après avoir été victime d'un accident cérébral, indique mardi son site Internet.

"Jeff est parti définitivement vers l'ultramarine, sans tambour ni trompette, son coeur s'est arrêté après 24 jours de coma. Son Canadair s'est crashé et son vélo l'a lâché, chacun son histoire! Parfois c'est comme ça...", indique un communiqué, citant plusieurs titres du répertoire du chanteur.

Jeff Bodart s'était fait connaître dès les années 1980 en Belgique et en France avec son groupe au look rétro, "Les Gangsters d'Amour", un jeu de scène déjanté et un tube très BD, "Meurtre à Hawaï".

Depuis 1994, le chanteur wallon poursuivait une carrière en solo, entre pop, swing et chanson française. Il avait publié cinq albums, dont "Du vélo sans les mains" (1995), "Histoires universelles" (1998) et "Et parfois c'est comme ça", sorti en janvier 2008, après une année qu'il a lui-même qualifiée de "difficile".

"Au mépris de toutes mes ambitions morales et professionnelles, j'ai confondu le monde avec une grande cour de récréation. A force de jouer la fuite en avant, la fête débridée avait pris sur le pas sur ce j'aimais faire le plus au monde: des chansons. On va dire que dans 'sex, drugs and rock & roll', j'avais un peu oublié le rock & roll", expliquait-il récemment à un "fanzine" belge.

"J'ai décidé qu'un jour je voudrais faire vieux chanteur. Avant, comme tous les jeunes cons - que je reste -, je souhaitais mourir à trente ans. Aujourd'hui, j'ai envie de chanter le plus longtemps possible", ajoutait-il.

Jeff Bodart avait été placé dans un coma artificiel après avoir été victime d'un accident cérébral fin avril. L'une de ses dernières apparitions sur scène aura été sa participation à un concert de soutien aux otages en Colombie à l'université de Bruxelles.

Les plaisirs d'une existence

Dans "La vie, la mort", Jeff Bodart chantait "La mort vaut le coup d'être vécue/Ca tombe sous le sens ça ne tombe pas des nues/Si possible sans souffrance si possible en ayant connu/Les plaisirs d'une existence que tu as si vite parcouru."

Les vidéos

Demain matin



Ma carcasse en live




© La Dernière Heure 2008