Jenifer: "Le cinéma pourrait être une nouvelle voie"

Musique

Interview > Pierre-Yves Paque

Publié le - Mis à jour le

Jenifer: "Le cinéma pourrait être une nouvelle voie"
© D.R.
Avant la sortie de son 7e album, Jenifer nous dévoile ses paradis secrets en coulisses de l’émission CAP 48.

"C’était l’occasion de venir revoir les Belges et de venir donner un peu de soi pour tenter de récolter un peu plus de fonds, confie la chanteuse de 33 ans qui soutient déjà beaucoup d’associations. Plus on est nombreux, mieux c’est !" Et pour cause, la grande soirée de solidarité CAP 48 a récolté plus de 5,55 millions d’euros, nouveau record.

"Ça fait partie de mon éducation, mes parents m’ont toujours inculqué ces valeurs-là et la notion de partage. D’autant plus que, depuis que je suis médiatisée, je me sers au mieux de ma notoriété. On se sent quelque part un peu plus utile. Faire l’autruche, ce n’est pas mon truc (sourire) !"

L’aventure The Voice kids vient de se terminer, quel est votre bilan personnel ?

"Il y a eu plein de surprises, on s’est bien amusé dans un esprit bon enfant, avec aucun enjeu quelconque. C’est une expérience, faut le prendre comme tel, parler avec les parents, les encourager à aller à l’école et garder cette passion-là. C’est comme faire du sport. Je les encourage à avoir un loisir, c’est bien pour la tête et l’équilibre mental. Une évasion à côté de l’école et la musique c’est bien, mais sans se faire un plan sur la comète. Il y a un temps et un âge pour tout."

Le fait d’être maman de deux enfants aide à endosser ce rôle de coach ?

"Peut-être, mais je pense qu’il faut juste avoir un cœur. Qu’on soit parent ou pas, ce sont tous nos enfants. Matt Pokora avait peur de cela car il n’est pas encore parent mais c’est juste une question d’instinct et de feeling. Il ne faut pas mentir, rester naturelle mais ne pas être la copine non plus, savoir doser tout en étant le plus juste possible."

Et si vos enfants voulaient y participer ?

"Si ça peut les aider à être épanouis dans leur vie, pourquoi pas ? Ils auront les bases solides pour redescendre sur terre (sourire) ! Je ferai tout pour, en tout cas."

Vous rempilez pour The Voice Kids mais pas pour la version adulte. Pourquoi ?

"Car faire le ping-pong entre la promo de mon album, celle de mes films, c’est plus compliqué d’enchaîner encore The Vo ice adulte où les enregistrements sont moins condensés."

Malgré un premier film critiqué, le cinéma semble de plus en plus vous titiller…

"Oui car ici dans Faut pas lui dire , j’ai un vrai rôle ! Une comédie romantique que j’ai tournée en Belgique et avec beaucoup d’acteurs belges d’ailleurs comme Charlie Dupont, Tania Gabarski, Fabrizio Rongione, Stéphanie Crayencour, etc. Pour Les Francis , je n’y peux rien. Même si je garde un bon souvenir car j’ai fait ce qu’on m’a demandé de faire. Mais c’est sûr que ce n’est pas un film qui a révolutionné le cinéma. Mais je ne regrette pas. Ça construit, je ne le vois pas comme un échec. Ici, j’ai fonctionné au feeling, je me suis investie davantage et il y a une vraie notion d’équipe."

D’où vient cette passion pour le septième art ?

"C’est le jeu de rôle qui m’attire, le fait d’enfiler les costumes de personnages comme vous le verrez sur mon album. Être juste quelqu’un d’autre, c’est tripant et un vrai challenge. D’autres films sont en cours pour 2017 et là je vais notamment doubler le film d’animation d’Universal Sing . Le cinéma pourrait être une nouvelle voie."

Comment endosser son rôle de mère en plus de celle de chanteuse et actrice alors ?

"Tout est une question d’organisation, je me réserve des moments exclusifs avec mes enfants et personne n’y touche car c’est mon équilibre absolu, vital. J’ai choisi de ne pas avoir de nounou et je l’assume totalement. Ce n’est pas injouable. Paradoxalement, avec ce métier qui paraît totalement dingue, on a beaucoup plus de temps avec nos enfants. Suffit de condenser les choses et du coup, on profite encore plus d’eux."

Exclusif : Jenifer invitée de 69 minutes sans chichis, le 3 novembre

Au sortir de la grande soirée CAP 48, Jenifer confirme qu’elle reviendra très vite en Belgique pour l’émission Sans Chichis du 3 novembre prochain. Soit une semaine après la sortie de son album, qu’elle a enregistré aux studios ICP à Bruxelles et dont on vous reparlera bientôt dans nos colonnes. "Ce studio est une caverne d’Ali Baba pour les artistes, nous glisse celle qui se fait rare en télé ces derniers temps ("raconter ma vie, ce n’est pas mon truc") à part pour The Voice kids et Les copains d’abord, samedi sur France 2. Avec des instruments vintages et des musiciens belges incroyables, c’était magique. Et, en même temps, je pouvais sortir du studio pour aller me balader comme j’adore le faire à Bruxelles."

Ses endroits fétiches ? "La rue Blaes et la rue Haute avec la place du Jeu de balle car j’adore les puces, poursuit celle qui a beaucoup d’amis dans notre capitale. J’aime découvrir des endroits. Je connais les scènes et théâtres de votre pays mais pas forcément les artères qui en font son charme. Puis les gens sont extrêmement généreux et respectueux. Tous les artistes vous le diront, quand on repart de chez vous, on n’en ressort pas indemne. C’est marqué au fer chaud !"




A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info