Le chanteur de 26 ans est de retour avec Selfless Dream.

Les médias voyaient en lui la "nouvelle pépite folk". Seulement Alexandre, qui officie sous le nom de scène d’Halehan, n’est pas du genre à s’enfermer dans des étiquettes. Avec son tout nouvel EP, Selfless Dream, sorti ce vendredi 13 mars, le jeune musicien continue d’explorer les genres. Il revient aujourd’hui avec 5 compositions aux accents électro-pop et à l’ambiance éthérée. "Dans mon premier EP, Temple Of Maia, j’ai voulu aller vers une écriture très minimaliste, à la base de la chanson. Maintenant, je retourne vers l’électronique parce que je voulais notamment aller plus loin dans les arrangements et me lancer dans la production", explique le jeune musicien.


Avec cet EP, il se rapproche de la musique de ses débuts, lorsqu’il faisait partie du groupe électro, Mannequins on 7th Street. A la différence de ce projet précédent, il veut cette fois davantage mettre l’accent sur la voix et les paroles. Inspiré par des artistes comme The Weeknd, James Blake et Bon Iver, il fouille dans ses sentiments et dans sa part sombre pour l’écriture de ses nouvelles chansons. "L’EP commence avec "Novocaine", c’est le nom d’un anesthésiant. Je fais une anesthésie de mes sentiments, mon amour ne sort pas, je n'y ai pas accès. Il termine avec un morceau de gratitude, "Home". Tout le projet a quand même un côté espoir, un peu idéaliste. Au final, j'ai choisi le titre Selfless Dream mais j'hésitais avec Selfish Dream parce qu'il y avait beaucoup de moi moi moi, mais j'avais plutôt envie de tendre vers l’altruisme."