Jim Kerr, le leader de Simple Minds, s’explique sur la mise à l’écart de Mel Gaynor.

La semaine dernière, Simple Minds annonçait un nouvel album pour 2018, Walk Between Worlds. Et dans la foulée, le groupe sera en tournée avec une date à l’Ancienne Belgique programmée le 18 février. Des concerts qui auront un goût amer pour Mel Gaynor, le batteur des Écossais depuis 1982 et la sortie de l’album New Gold Dream, qui réside chez nous, du côté de Verviers. À sa grande surprise, alors qu’il a participé à l’enregistrement du disque à venir, il a appris qu’il restera à la maison pendant que le groupe sera sur la route. En lieu et place, Jim Kerr et Charlie Burchill lui ont préféré la percussionniste Cherisse Osei.

Contacté par nos soins, le chanteur de Simple Minds a justifié ce choix. "Tout le monde dit que Mel a été viré, mais ce n’est pas le cas, répond Jim Kerr. Lorsque nous avons fait notre projet acoustique avec d’autres musiciens, nous nous sommes rendu compte qu’ils étaient extraordinaires. Toujours enthousiastes. Pour eux, rien n’était jamais acquis et ils travaillaient tout le temps. Lors des balances de la tournée, on ne jouait pas en acoustique et ça donnait super bien. On s’est dit que ce serait bien de conserver cette dynamique."

Une réflexion qui est intervenue au moment où Mel Gaynor était embarqué sur un autre projet. "Mel était occupé à enregistrer un album sur lequel il chante, joue du jazz et n’assure même pas les batteries. C’est bien, mais ce n’est pas Simple Minds, ça, souligne Jim Kerr. Nous, nous avons envie de jouer avec un batteur, pas avec quelqu’un qui veut devenir chanteur. Nous avons déjà un chanteur au sein de Simple Minds."

"Je vous assure que nous apprécions Mel, insiste notre interlocuteur . C’est quelqu’un de très bien. Mais tous les gens avec qui nous travaillons le sont aussi. Après 40 ans, on pouvait continuer à faire toujours la même chose avec les mêmes personnes. Ou on pouvait prendre des risques. C’est cette option qui est la nôtre. Et ceux qui ne sont plus de la partie peuvent revenir. Rien n’est définitif. Mais une chose est certaine, Simple Minds ne fera jamais du surplace. On veut toujours aller de l’avant et travailler avec des gens qui sont impliqués à 100 %. Point final."

© Mel Gaynor (Reporters)