Musique La "voix de Johnny" donne vie à l’album posthume que Michel Mallory a écrit pour le rocker à sa demande.

N’en déplaise aux puristes, c’est bien du Johnny que l’on écoute sur Puisque c’est écrit, le premier album de Jean-Baptiste Guégan dit "la voix de Johnny". Dès les premières mesures de "Retourner là-bas", la plage qui ouvre le disque, on n’en croit pas ses oreilles ("Coupable", "La cité des bleuets" et "Guitar Hero" enfoncent le clou). C’est plus que bluffant. On croit entendre le Taulier qui serait ressuscité d’entre les morts et revenu nous faire un dernier coup comme il en avait le secret. Tout y est, de la composition des titres à leur orchestration et surtout cette voix qui impressionne et balaye tout sur son passage.

(...)