La chanteuse ne pourra pas chanter ses propres chansons à la télévision parce qu’elle n’en détient pas les droits.

La guerre entre la chanteuse et son ancien label, racheté par le producteur Scooter Braun au début de l’été, monte d’un cran. Pour cause, Big Machine Records détient les droits de ses six premiers disques. Taylor Swift avait déjà annoncé vouloir réenregistrer tous ses anciens titres pour remettre la main sur les droits dès que son contrat le lui permet. Avant que cela puisse se faire, elle doit encore faire face aux obstacles mis par Scott Borchetta, l’ancien boss de la maison de disques et Scooter Braun, proche de Justin Bieber. Le 24 novembre prochain, la star doit recevoir le titre d’Artiste de la décennie aux American Music Awards. Elle voulait y interpréter un medley de ses titres les plus connus pour marquer le coup. Mais cette prestation est désormais mise en péril. "Je n’ai pas l’autorisation de jouer mes anciennes chansons à la télévision parce qu’ils prétendent que ce serait réenregistrer ma musique avant que j’en aie l’autorisation l’année prochaine", a-t-elle informé dans une longue publication sur son blog.

En plus de cela, les deux ennemis de Taylor Swift empêcheraient également l’utilisation d’images d’archives pour le montage d’un prochain documentaire Netflix dédié à l’interprète de "Shake it Off" qui devrait sortir l’année prochaine. Les deux producteurs ont posé des conditions pour qu’elle puisse utiliser ses chansons dans ces deux cadres-là : ne pas réenregistrer ses chansons comme elle avait prévu de le faire.

"Le message qui m’est envoyé est très clair. En gros, sois une gentille petite fille et tais-toi. Ou tu seras punie", s’insurge-t-elle. Elle envisage donc de faire tout le contraire et demande même l’aide de ses nombreux fans. "Faites savoir à Scott Borchetta et Scooter Braun ce que vous pensez. Scooter s’occupe d’autres artistes qui, je le crois, s’intéressent sincèrement aux autres artistes et à leur travail. Demandez-leur leur aide. Peut-être pourront-ils faire entendre raison à ces hommes qui exercent un contrôle tyrannique sur l’œuvre de quelqu’un qui veut juste chanter les chansons qu’elle a écrites." Scooter Braun nie ces accusations et précise qu’il n’a pas le droit de l’empêcher de jouer ses chansons en live.