Native des Bermudes, Heater Nova présentera son nouveau CD samedi dans la plaine de Kiewit

BRUXELLES Mèches blondes, yeux clairs, pantalon argent et voix pétillante d'enthousiasme malgré une fatigue causée par trois semaines de promo incessante (`un avion toutes les 24 h, douze interviews par jour et pas un seul concert le soir pour décompresser´), Heater Nova, 31 ans, nous attend seule à la terrasse de cet hôtel cosy de la capitale.
South, qui sortira le 24 septembre mais qu'on pourra découvrir en live ce samedi au Pukkelpop, est le quatrième CD studio de cette native des Bermudes. Le south, c'est la couleur. Le south, ce sont les espaces. Le south, c'est surtout la chaleur. Et de fait, son timbre fascinant, ses textes faussement naïfs qui parlent de la quête amoureuse et le style, quelque part entre folk, soul et rock, sont là pour réchauffer nos âmes

Tant la musique que les textes, moins mélancoliques que dans le passé, laissent penser que vous êtes à présent amoureuse et heureuse. On se trompe?
`Je suis heureuse dans ma vie privée, en effet, mais je n'ai pas encore trouvé l'équilibre parfait. Je parle de l'équilibre entre les rêves qu'on se fait dans la tête et la réalité. La plupart des chansons parlent de cette quête. Par rapport à mes trois disques précédents, South est plus chaud. Je crois que cela tient aussi à l'évolution musicale. Ce disque est moins rock. On entend moins de guitares. Il y a davantage d'influences soul

Vous l'avez enregistré à la maison?
`Je ne sais pas où se trouve ma maison. Je suis basée à Londres car c'est plus facile pour mon travail. Mais dès que j'en ai l'occasion, je retourne aux Bermudes. J'ai besoin d'être seule et d'avoir de l'espace pour écrire.´

Architecte de formation, votre père a tout laissé tomber dans les années '60 pour acheter un bateau et un lopin de terrain dans les Bermudes. Avez-vous l'impression d'avoir eu une enfance privilégiée?
`Comme mon père nous emmenait de temP> `Mon rêve ultime était d'enregistrer un disque. Je me disais que le jour où il sortirait serait le plus beau de ma vie. Et puis Glow star, mon premier mini-CD, est paru en Angleterre et je n'ai voulu qu'une seule chose: en enregistrer un autre encore meilleur.´

Pourquoi ne mettez-vous pas davantage en avant votre charme physique pour vendre votre musique?
`D'abord, parce que je ne suis pas assez sûre de moi. Ensuite, parce que je préfère vendre moins de disques mais être rassurée sur le fait qu'on les achète pour les bonnes raisons´

South (V 2, sortie le 24 septembre). Ce samedi au Pukkelpop.