L'annonce de la disparition de Patrick Juvet ce mercredi 1er avril a surpris tout le monde. L’idole des années disco s’est éteinte à l’âge de 70 ans, dans son appartement à Barcelone. Cela faisait plusieurs années qu’il n’allait pas bien a indiqué son manager.
Toujours addict à l’alcool, il a peu à peu perdu pied suite à des décès a indiqué son amie Nicoletta. “Il allait tellement mal. Il a commencé à lâcher prise quand sa mère avec qui il était fusionnel est décédée, il y a trois ou quatre ans. On s’appelait souvent. J’essayais de le motiver pour qu’il travaille son piano – car c’était un excellent pianiste – et fasse une tournée des théâtres, mais il ne m’écoutait plus. Il n’avait plus le courage. La solitude, c’est dur quand tu as connu la grande lumière.”

"Il avait une autre ambition"

C’est avec émotion que de nombreuses stars ayant collaboré ou pas avec le chanteur lui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux. À commencer par Jean-Michel Jarre, le parolier de l’album Paris By Night (1977) et donc d’“Où sont les femmes ?”. “Une vie glam et des nuits rock, mon ami Patrick Juvet, l’enfant aux cheveux blancs s’en est allé. Je pense à lui et à sa famille”, a-t-il écrit sur sa page Facebook.


Il s’est aussi confié à l’AFP, rappelant combien Patrick Juvet voulait se débarrasser de l’image de chanteur à minettes qui lui collait à la peau au moment où ils ont commencé à travailler ensemble. “Je sortais de ma collaboration avec Christophe. Patrick était obsédé par le disco qui commençait à monter. J’ai proposé qu’on parte aux USA travailler avec les meilleurs musiciens de L.A, ceux de Herbie Hancock. J’ai réuni autour de lui une équipe de ‘tueurs’, des musiciens fantastiques”. Il s’est également exprimé sur la descente aux enfers qu’a connu le Suisse avec l’alcool et la drogue lorsque le succès s’est estompé. “Il ne s’en est pas vraiment remis. C’est triste : Patrick, c’est un personnage qui est plus profond, plus riche qu’on a pu le penser. Au début de sa carrière, c’était un ‘chanteur à minettes’, mais il avait une autre ambition, de vraies qualités musicales, c’était un bon mélodiste. C’est une grande perte.” Et de conclure : “Il aura marqué l’histoire de la pop française”.

Le disco a tué le compositeur

Sheila, l’autre star française du disco, a aussi souligné les qualités de mélodiste de Patrick Juvet. Ensemble, ils ont partagé les coulisses de la tournée Âge tendre : “De nombreux souvenirs de la tournée Age Tendre me reviennent en mémoire… Difficile période à tous points de vue”.


Didier Barbelivien, Michel Polnareff, Amanda Lear, Marc Lavoine ont aussi fait part de leur tristesse et des qualités de l’homme et de l’artiste. Sur BFM TV, Dave a notamment regretté l’image que les gens gardent de Patrick Juvet. “Des chansons comme ‘Rêves immoraux’ ou celles qu’il a fait avec Jean-Michel Jarre, ce sont des musiques extraordinaires. Le disco, je dirais presque que ça a tué le compositeur en lui.”