Interprète à la voix rauque et chaude, son "Bal chez Temporel" est resté célèbre tout comme "La Bague à Jules" ou "Toutes les femmes de mon mari".

Patachou, l'une des voix les plus gouailleuses de la chanson française d'après-guerre, qui avait tenu un célèbre cabaret parisien à Montmartre avant de se lancer elle-même sur les planches, s'est éteinte jeudi à 96 ans, a-t-on appris auprès de sa famille.

De son vrai nom Henriette Ragon, Patachou, née le 10 juin 1918 à Paris, est morte à son domicile à Neuilly, en proche banlieue parisienne, entourée par les siens, a annoncé son fils Pierre Billon à l'AFP.

"C'était une très vieille dame qui s'est éteinte doucement, gentiment, entourée de sa famille", a-t-il déclaré à l'AFP.

Cette fille d'artisan, d'abord dactylo puis employée d'usine, avait pris en 1948 la direction d'un cabaret-restaurant à Montmartre, avec son mari Jean Billon, dont elle a rapidement fait un haut lieu de la nuit parisienne.

"Chez Patachou" a vu débuter de très nombreux artistes comme Jacques Brel ou Georges Brassens avec lequel elle a interprété "Maman, papa" en duo. Hugues Aufray ou Michel Sardou se sont aussi produits dans ce haut lieu de la chanson populaire qui a fermé ses portes dans les années 70.

"Edith Piaf y a rôdé ses tours de chants", a rappelé son fils, se souvenant des nombreuses cravates coupées qui décoraient l'établissement.

"Maman coupait les cravates de ceux qui ne se tenaient pas bien", a-t-il raconté.

Soutenue par Maurice Chevalier, Patachou prend ensuite elle-même le micro, avec un répertoire de chansons réalistes ("La complainte de la Butte", "Gamin de Paris") ou de ritournelles légères ("le Tapin tranquille", "Douce Marijane").

Interprète à la voix rauque et chaude, son "Bal chez Temporel" est resté célèbre tout comme "La Bague à Jules" ou "Toutes les femmes de mon mari".

Elle s'est aussi produite à l'étranger (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Brésil), obtenant parallèlement des petits rôles au cinéma (1954) dans "French Cancan" de Renoir et "Napoléon" de Guitry.

En 1966, Patachou fait sa rentrée à Paris au cabaret "La Tête de l'art", puis en 1969 au restaurant de la Tour Eiffel, avant de mettre fin à sa carrière de chanteuse et d'entamer à partir des années 1980 une carrière d'actrice au cinéma, à la télévision et même au théâtre.