Le trio originaire de l'île de Cuba s'est arrêté samedi dernier aux Halles de Schaerbeek

http://www.dhnet.be/dhjournal/galeries.phtml?gallery_id=233

SCHAERBEEK Samedi dernier, ce sont rien moins que trois authentiques divinités afro-cubaines qui ont investi les Halles de Schaerbeek. Et entre deux morceaux, les Orishas ont béni les spectateurs, après avoir recouvert chacun de leurs tympans de rap et de chants particulièrement envoûtants. Sûr et certain, Roldan, Russo et Yotuel, les membres de la formation originaire de La Havane n'ont pas manqué leur rendez-vous avec le public bruxellois.

Le démarrage sera assuré par Pitcho, un voisin de la salle de spectacle. Un rappeur black (une famille originaire de Kinshasa) qui se sent bien à Schaerbeek. Si bien qu'il a décidé de lui écrire une ode particulièrement joviale. Dans sa commune il y a grandi, galéré, joué au foot, rédiger ses premiers textes, dragué ses premières tchiks... Une première partie intelligemment livrée en compagnie de Pablo Andres ou encore La Crème de la crème.

La surprise Starflam

Puis interviendront les cubains d'Orishas, soutenus par un percussionniste et un DJ. Tout au long du concert (environ deux heures), le trio parviendra à faire oublier ses sonorités parfois répétitives en misant énormément sur l'interprétation: Roldan, chanteur hors pair, qui à la manière d'un Yuri Buenaventura, peut aussi émouvoir le parterre; Yotuel et Russo, rappeurs à la voix nasillarde, aimant martyriser leurs cordes vocales. Le trio s'inspire de son vécu passé et présent, des premières années à Cuba à l'installation sur Paris. Mais la chaleur est plus que jamais présente...

Les titres repris sur les deux albums du groupe, A lo cubano et Emigrante, serviront de supports au show salsa-rumba d'Orishas. On appréciera ainsi Mujer, Represent, 1.9.9.9, Barrio, tirés du premier CD. Ou encore Habana, 300 kilos, Que Pasa? et Que Bola?, morceaux-phares d' Emigrante.

La surprise du soir: l'arrivée sur scène de Starflam. Une manière pour Orishas de renvoyer l'ascenseur à nos rappeurs belges, lesquelles avaient autorisés les cubains à surgir lors d'un concert contre l'intolérance, au Cinquantenaire.

© La Dernière Heure 2002