Musique

Les frères Gallagher ont défendu, avec conviction, Dig out Your Soul mardi soir à Forest National

FOREST Un petit parfum made in England planait mardi soir sur les proches alentours de Forest National. Adidas Superstar, rouflaquettes en broussaille, vestes en cuir vintage ou feutrine et pintes d'un demi-litre (de pils à défaut de Guiness...) en pagaille, cela transpirait la Brit Pop dans chacun des troquets du quartier devenu pub le temps d'un soir.

Après une première salve de concert aux États-Unis, en Angleterre (at home ), au Canada et au Mexique, Oasis s'attaquait, à Bruxelles, à la deuxième date du crochet européen (trois mois) d'une tournée mondiale étalée sur deux ans (la plus longue de l'histoire du groupe).

Après l'excellente première partie proposée par Twisted Wheel, c'est sur Rock'n'Roll Star que les frères Gallagher signaient leur entrée sur une scène qu'ils avaient arpentée pour la dernière fois en 2005.

Décor et ton étaient ainsi plantés en un seul et unique morceau. Autoproclamé best band of the world à de multiples reprises, Oasis défend sur cet European Winter Tour son dernier album, Dig out Your Soul . Un septième opus (déjà !) auquel les Mancuniens donnent une tout autre dimension sur scène.

Mélodieux et feutré dans sa version studio, Soldier On (écrit par Liam) se fait ainsi plus anguleux, brut, voire rocailleux en live . Un tantinet psychédélique, To Be Where There's Life devient, lui, un régal quand Liam Gallagher vient poser sa voix rugueuse et rageuse sur des sonorités parfois même orientales.

Savamment dosée , la set list mixait avec justesse derniers morceaux et titres extraits des inépuisables Definitely Maybe, What's the Story Morning Glory et Be Here Now , les trois albums ayant véritablement bâti la légende du groupe.

C'est ainsi sur Wonderwall, Slide away ou Champagne Supernova que se cheville le succès d'un concert dont les moments forts resteront le tonitruant Supersonic , presque partie intégrante de l'inconscient collectif d'une génération entière (rien que ça !), et la version acoustique de Don't look Back in Anger .

Au final, c'est une prestation pleine et nerveuse que les cinq boys livrèrent dans 1 h 45 d'une soirée que l'on aurait volontiers prolongée...

en savoir plus

www.oasisinet.com le site officiel du groupe.



© La Dernière Heure 2009