L'ONG française Acat a accusé mercredi la chanteuse belge Lara Fabian de servir de "vitrine au régime tortionnaire ouzbek", en donnant un concert en Ouzbékistan le 27 octobre. "Lara Fabian donnera un concert en Ouzbékistan ce dimanche 27 octobre dans le cadre d'un festival organisé par Gulnara Karimova, la fille du dictateur ouzbek. L'Acat (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) dénonce cette proximité avec un des régimes les plus répressifs au monde", selon un communiqué.

"En Ouzbékistan, la liberté d'expression est réduite à néant, le moindre courant dissident est réprimé, les opposants, les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme sont emprisonnés et torturés parfois jusqu'à la mort", a estimé Christine Laroque, responsable des programmes Asie à l'Acat.

"Tandis que meurent en prison ceux qui ont élevé leur voix pour la liberté, Lara Fabian va clôturer ce dimanche le festival annuel Style.uz Art Week à Tashkent, un événement créé en 2006 par Gulnara Karimova, visant à redorer l'image du pays et à promouvoir le régime de son père, au pouvoir depuis près d'un quart de siècle", a indiqué l'organisation.

"Le bilan dramatique des droits de l'homme en Ouzbékistan est notoire. Les personnalités invitées dans le pays ne peuvent l'ignorer", a souligné l'Acat.

L'ONG, qui rappelle que Lara Fabian est marraine du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), estime que la chanteuse belge "compromet sérieusement les engagements et valeurs de l'organisation qu'elle représente en répondant à cette invitation".

En début de semaine, la chanteuse avait dû annuler un concert en France, avant d'annoncer sur Facebook qu'elle rentrait à l'hôpital pour "un souci sérieux à l'oreille interne". Elle devrait être remise dans quelques jours.