Gwen Stefani sort The Sweet Escape. Elle retrouvera, après sa tournée, ses camarades de No Doubt

BRUXELLES C'est très logiquement à son petit bout de six mois, qui lui "donne l'impression d'avoir ajouté une dimension supplémentaire" à sa vie, que Gwen Stefani dédie son deuxième effort solo. Après plus de 7 millions de son Love. Angel. Music. Baby, sorti il y a deux ans, et une pause carrière nécessaire pour profiter de son fils, la chanteuse revient avec un nouveau look mais surtout avec The sweet escape. Un album fort attendu et qui est, globalement, à la hauteur.

La donzelle s'est évidemment bien entourée. The Netpunes, Pharrel Williams, Akon, Tim Rice-Oxley de Keane, Martin Gore de Depeche Mode ou encore son complice de No Doubt, Tony Kanal lui ont construit une galette qui flirte avec la pop eighties, le reggae mais surtout le hip-hop...

Dès l'intro du premier morceau (c'est aussi le premier single), Wind it up, Gwen surprend en livrant un petit bout de tyrolienne, elle sample alors La mélodie du bonheur et plus loin (Don't get it twisted), c'est de la musique du cirque qu'elle s'inspire.

C'est le titre qui donne son nom à l'album, en featuring avec Akon, qui nous séduit le plus tandis que son titre avec le pianiste de Keane (Early Winter) nous semble un peu trop facile. Reste que ça secoue bien dans l'ensemble et qu'on suppose que cet opus connaîtra le même succès que son prédecesseur.

Gwen Stefani sera en tournée à partir de l'année prochaine. Toutes les dates ne sont pas encore tombées, on peut donc encore espérer un passage en Belgique.

Ensuite, elle entend bien retrouver ses camarades de No Doubt et refaire un nouveau disque en leur compagnie.

Gwen Stefani, The Sweet Escape (Universal)



© La Dernière Heure 2006