Les quelques mois de confinement ont été difficiles pour tout le monde, mais surtout pour les petits commerces comme les disquaires. L’impossibilité de se rendre dans un magasin physique a transformé les habitudes des amateurs de musique. Si le plaisir de farfouiller parmi des piles de disques a dû être mis de côté pendant quelques mois, pas question pour autant de ne plus se procurer l’album du groupe que l’on vient de découvrir ou de celui que l’on suit depuis des années. Comme l’indique le rapport de la base de données musicale Discogs, les ventes de vinyles en ligne ont explosé pendant le confinement.

Entre janvier et juin, près de six millions de vinyles ont été vendus via la plateforme de vente Discogs. La hausse des ventes est très nette pendant les mois d’avril, mai et juin, soit pendant la période de confinement. Si on compare la situation à l’année dernière, on observe une hausse de 33%. En mai 2020, plus de 1,6 million de vinyles ont été vendus, tandis qu’en mai 2019, les ventes n’atteignent même pas le million. Les autres formats comme les CD et les cassettes ont également connu un pic de ventes pendant ces trois mois.

Le marketplace mis en place sur le site a permis à des disquaires partout dans le monde de continuer d’offrir leur service à distance. Crevette Records et Vinyl Records, tous deux basés à Bruxelles sont par exemple présents sur le site. En toute logique, Discogs a également vu une hausse de disques soumis à la vente pendant le confinement.

Le rapport indique aussi que l’album qui s’est le plus arraché sur la plateforme est "The Slow Rush" de Tame Impala sorti en février dernier, suivi par "The New Abnormal" des Strokes. Dua Lipa, Neil Young ou encore Thundercat ont également connu un joli succès pendant cette drôle de période.