Ross The Boss, l'ancien guitariste de Manowar, s'offre une cure de jouvence

BRUXELLES Hormis une apparition lors de la grande fête Magic Circle organisée par Manowar réunissant tous ses membres actuels et anciens, Ross The Boss Friedman s'était montré plutôt discret ces dernières années. Et pourtant le guitariste n'est pas un inconnu. C'est en effet lui qui mit Manowar sur pieds en repérant Joey DeMaio qui assurait les balances de la basse de Black Sabbath en tournée au début des années 80. C'est aussi lui qui demanda au jeune bassiste de l'accompagner dans un projet musical qui bouleversa l'histoire du heavy metal. Après un mutisme assez inquiétant, le guitariste a donc décidé d'unir sa destinée à celle d'un autre groupe de true metal, les Allemands d'Ivory Night, pour fonder Ross The Boss , un groupe qui porte son surnom.

"Nous nous sommes rencontrés lors du festival organisé par Manowar en Allemagne", confie le guitariste. Auparavant, j'avais participé à divers projets musicaux et j'avais apporté ma contribution à l'une ou l'autre collaboration. Les membres d'Ivory Night m'ont fait part de leur admiration par rapport à ce que j'avais réalisé et ils m'ont demandé si j'étais intéressé de les rejoindre. J'ai immédiatement accepté, car j'appréciais leur musique. J'étais loin d'imaginer qu'ils souhaitaient reprendre mon surnom pour former un nouveau groupe. J'étais d'ailleurs très réticent à cette idée, car je ne souhaitais pas que les gens pensent qu'il s'agit d'un album solo. Ce n'est pas le cas. Ross The Boss fonctionne comme un groupe à part entière dans lequel chacun des membres apporte sa pierre à l'édifice. J'ai donc d'abord refusé, mais il n'y avait rien à faire. Le groupe s'intitulerait Ross The Boss ou n'existerait pas..."

Ce retour aux affaires s'accompagne d'un album au titre pompeux The New Metal Leader . Le groupe aurait-il la prétention de détrôner Manowar d'un règne laissé vacant après la sortie très décevante de l'album Gods Of War , il y a un an déjà. "Comme beaucoup d'autres, je n'ai pas spécialement apprécié le dernier album de mes anciens comparses", poursuit Ross The Boss. "Je le leur ai dit et je suis certain que le suivant sera bien meilleur. Mais cela ne me concerne plus depuis très longtemps. Je me suis focalisé sur notre album. Nous avons décidé d'en revenir à l'essentiel du metal. Beaucoup d'autres groupes s'essayent à des expérimentations musicales qui dénaturent leur musique et le heavy metal. C'est la raison pour laquelle nous avons osé intituler cet album de la sorte. Il faut considérer ce titre plus comme un clin d'oeil ou une provocation humoristique, car notre musique incorpore tous les ingrédients de base du heavy metal.

Le titre présomptueux et prétentieux ne doit, en effet, pas masquer les qualités d'un premier album plutôt prometteur dont les titres Death&Glory ou We Will Kill ne sont pas sans rappeler les plus belles pages de l'histoire Manowar. "Certains me disent qu'ils retrouvent dans cet album certaines sonorités de Hail To England ou de Sign Of The Hammer", remarque le guitariste. "C'est possible, puisque ces albums font partie de ma propre histoire. Cela démontre aussi que je n'ai pas tant perdu la main (Rires)..."

Reste à savoir si, un quart de siècle plus tard, le succès sera le même. L'avenir nous le dira...

Ross The Boss, New Metal Leader (AFM/Underclass)



© La Dernière Heure 2008