Légende du jazz auréolée de 23 Grammy Awards, Chick Corea est décédé mardi dernier. L’information n’a cependant été révélée que jeudi via sa page Facebook. Le pianiste américain est mort d’un cancer très récemment diagnostiqué.

Avant de mourir, il a laissé quelques mots diffusés par son équipe : "Je veux remercier tous ceux qui, tout au long du voyage, ont aidé à faire briller les feux de la musique. J’ai l’espoir que ceux qui ressentent l’envie de jouer, d’écrire, de se produire en spectacle, puissent le faire. Si ce n’est pour eux-mêmes, alors pour nous autres. Pas seulement parce que le monde a besoin de plus d’artistes, mais parce que c’est plus amusant." Des mots qui prennent tout leur sens alors que le monde de la musique paye un cher tribut depuis le début de la crise du Covid.

Subjugué par les prestations de Miles Davis et John Coltrane dans un club de jazz new-yorkais au début des années 1960, il laisse tomber ses études pour se lancer dans la musique. D’abord comme batteur. Après plusieurs projets en groupe ou en solo, en 1968 il remplace au pied levé le pianiste Herbie Hancock dans le groupe de Miles Davis. Il dit avoir été libéré par les conseils que ce dernier lui a prodigués.

Ensemble, ils ont enregistré quelques-uns des monuments du trompettiste, dont Bitches Brew, en 1970. Ils donnent naissance au jazz fusion, un jazz ouvert aux influences du rock, de la funk et du rythm and blues.

Parmi ses titres, certains sont devenus des classiques, comme "Spain", "La Fiesta" et "500 Miles High".