Après le cinéma, les langues se délient dans le secteur de la musique à propos du cauchemar que peuvent y vivre les femmes. Ce jeudi 11 février, c’est Pomme qui, à travers une publication sur le blog de Médiapart, faisait part de son calvaire. Manipulée, harcelée moralement et agressée sexuellement, elle raconte sans détours l’anéantissement mental dans lequel elle est tombée alors qu’elle n’avait que 16 ans. En cause, une personne de 30 ans dont elle ne cite cependant pas le nom.

En dénonçant les faits, Pomme, qui est en lice pour le titre d’Artiste féminine lors des Victoires de la musique qui se tiennent ce vendredi 12 février à Paris, l’affirme : elle n’est pas la seule à avoir subi de telles agressions. Ce vendredi, c’est dans les pages du Parisien que le mannequin Charlotte Lemay fait part de ce qui lui est arrivé.

"Il m'embrasse de force"

La jeune femme accuse le chanteur et parolier Yohann Malory de l’avoir droguée et agressée sexuellement en la forçant à l’embrasser. Les faits remontent au mois d’octobre 2019. Yohann Malory, qu’elle connaît depuis une dizaine d’années, l’invite à la rejoindre dans un restaurant où il se trouve avec une dizaine de convives. Habituellement, la jeune femme déclinait ses invitations mais il a, cette fois-là, beaucoup insister.


 Voici son récit de la soirée : “Yohann Malory passe la soirée avec moi à l’écart des autres. Nous nous rendons dans trois boîtes de nuit. Dans la seconde, au Boom Boom, il commande des cocktails au bar. Je commence à me sentir mal, il essaie de m’étreindre, cela me dérange. Je suis dans un état second, comme si j’avais énormément bu, ce qui n’est pas le cas. Il m’entraîne au Raspoutine où nous ne sommes plus que tous les deux. Là, je demande plusieurs verres d’eau. Je me sens mal et je commande un Uber pour rentrer à la maison. Il me suit et s’invite dans le taxi. En bas de chez moi, au moment de sortir de la voiture, il prend mon visage dans ses mains et m’embrasse de force. Je prétexte ma grande fatigue et la présence de mes parents.”

Droguée à la MDMA

Le lendemain, envahie par le doute, Charlotte Lemay se rend à l’hôpital pour faire des analyses toxicologiques. Verdict : des traces d’amphétamines et de MDMA, la drogue dite des violeurs, une sorte d’ecstasy, sont détectés. “Yohann Malory demande alors à me voir. Je le rencontre avec ma sœur, poursuit la jeune femme. Il nie m’avoir droguée. Selon lui, j’aurais pris un verre sur la table. Mais ça ne colle pas, je garde toujours mon verre dans la main en discothèque. Il me propose de faire un chèque de 1500 euros. Je refuse mais ma sœur enregistre la conversation. Plus tard, j’ai pu avoir accès aux vidéos de surveillance du Boum Boum où on le voit distinctement mettre en cachette la drogue dans mon verre.”

Depuis, plainte a été déposée pour agression sexuelle. “Je n’ai aucune haine contre lui. Je ne souhaite pas la prison, ni la perte de son travail, indique Charlotte Lemay dans Le Parisien à propos de celui qui a travaillé avec Johnny Hallyday, Jenifer, M. Pokora ou encore Louane. Je demande seulement qu’il fasse l’objet d’une expertise psychiatrique afin d’avoir un suivi. Je souhaite qu’il ne nuise plus à aucune femme.”

En story, sur Instagram, elle se dit étonamment soulagée après un an et quatre mois de silence. Elle remercie ses proches de l'avoir soutenue. Sans eux, écrit-elle, jamais elle n'aurait eu le courage de parler à découvert.

© Instagram/Charlotte Lemay

Cinq plaintes

Elle n’est pas la seule à avoir porté plainte contre Yohann Malory. Au total, il y en a cinq, pour harcèlement moral, agressions sexuelles, administrations de substances nuisibles et même viols.

Le chanteur clame son innocence, même s’il a reconnu avoir drogué des amis à leur insu. Il se dit aussi victime d’un préjudice immense. En octobre dernier, la chanteuse Lola Le Lann dont le premier album devait sortir l’a annulé à la dernière minute, à cause de la présence d’un titre écrit par Yohann Malory.


“Vendredi dernier, devait sortir mon premier album. Malheureusement, je vous écris pour vous annoncer que j’ai décidé d’annuler sa sortie, avec le soutien de toute mon équipe.” Elle expliquait avoir reçu un message témoignant “d’actes effroyables et intolérables accusant un des auteurs de mes chansons, preuves à l’appui.” “Comment défendre les paroles de quelqu’un qui va à ce point à l’encontre de nos valeurs, indiquait-elle. Avec les textes d’une telle personne, ce serait un peu comme se glisser un serpent dans la gorge en essayant de chanter juste.”