Röyksopp, surprise norvégienne de la rentrée dance, au Pukkelpop et aux Nuits Botanique

BRUXELLES `Nous sommes conscients que nos origines norvégiennes poussent certains à nous considérer comme une curiosité exotique sur la scène musicale. Mais lorsque des programmateurs radio anglais, français ou belges commencent à diffuser nos morceaux alors que notre album n'est pas encore disponible sur le marché, cela signifie tout de même qu'on est sur la bonne voie.´
Torbjorn Bruntland et Svein Berge vivent à Tromso, près de Bergen, sur la côte ouest norvégienne, là où partent les croisières touristiques pour les fjords. Ils auraient pu être guides pour vacanciers fortunés, employés dans l'industrie poissonnière locale ou réparateurs de GSM, la Norvège étant, toutes proportions gardées, l'un des pays les plus équipés en téléphones portables. Ils ont préféré la musique. Et l'écoute de Melody A.M., premier album sorti sur le prestigieux label anglais Wall Of Sound, montre qu'ils ont suivi la bonne voie
`Cela fait près de dix ans que nous faisons de la musique ensemble´, nous confient-ils. `On a eu plusieurs projets sous différents noms, notamment Aadena Cycle qui a sorti des maxis. Au départ, on expérimentait beaucoup. Nous achetions de vieilles machines, on fabriquait nous-mêmes d'autres instruments électroniques, on trafiquait les sons. C'était assez expérimental. Avec Röyksopp, nous avons trouvé notre style et notre son. Nos influences sont assez diverses. Cela va de la musique contemporaine à Brian Eno, en passant par Erik Satie, les B.O. de films ou des trucs plus ambient.´
Le titre de leur premier opus n'a pas été choisi au hasard. `Il y a le mot Melody car on trouve que les lignes mélodiques sont trop souvent absentes des albums électroniques. On a construit nos morceaux comme des chansons pop même s'il y a plusieurs instrumentaux sur l'album. Ce sont des morceaux courts, de moins de cinq minutes, qui ont un thème musical récurrent. La seule exception est le titre Röyksopp'night out qui fait plus de 7,30 minutes et qui a un côté plus épique. C'est par ironie qu'on a ajouté A.M. dans le titre car nous sommes surtout des oiseaux de nuit. On commence à être créatif après minuit.´
Paradoxe des paradoxes, c'est ce duo venant des fjords qui parvient à apporter chaleur et romantisme dans la musique électronique. Si un morceau comme Space évoque les meilleurs moments de Play de Moby, d'autres titres séduisent par la douceur du chant, tel le subtil et atmosphérique Sparks, ou renvoient à l'univers des B.O. des années '70. Reste maintenant à voir comment le duo va transposer ces pépites sur scène.

Röyksopp, Melody A.M. (Wall Of Sound, Virgin). Le jeudi 23 au Pukkelpop puis aux Nuits Botanique.