Sur son nouvel album, Frédéric François quelques surprises

BRUXELLES `Puisque Carole avait accepté de chanter sur mon disque, j'avais prévu un mot de remerciement. Ce n'est pas parce qu'elle n'est plus là qu'il me fallait renoncer à lui rendre hommage et à lui dire que je l'aime.´ Frédéric François évoque ainsi Carole Fredericks, la grande copine de Jean-Jacques Goldman qui participe à un duo (Dieu que j'aime) sur le nouvel album du chanteur liégeois, Un slow pour s'aimer.

`Beaucoup de gens ont pu penser que Carole et moi, nous développions des styles très différents et qu'il n'était pas possible de réussir une chanson ensemble. Mais Carole était une femme très sensible. Elle aimait mes chansons et venait souvent me voir en spectacle, même en dehors de Paris, à Cambrai ou à Lille. Après, elle entrait dans la loge et me disait toujours: Quand je t'entends chanter ces chansons d'amour, cela me donne envie d'y croire encore. Carole s'était surtout attachée à la plus jeune de mes filles, Victoria, qui a 11 ans. Et lorsque, à la maison, nous recevions une lettre avec, sur l'enveloppe, de petits coeurs partout, certains en or, d'autres bleus, d'autres argentés, nous savions que cela venait de Carole.´

Vous connaissez aussi Goldman et les autres de l'équipe?

`Je les rencontre sur les plateaux de télé. Ou plutôt je les rencontrais. Car cela devient rare. J'ai aussi chanté avec Les Enfoirés.´

Il y a des projets de scène?

`Bien sûr! Entre le 18 et le 27 octobre 2002, c'est l'Olympia. Puis, le 9 novembre, Forest National. Après, une tournée passera par Liège, Charleroi, Colfontaine, La Louvière et plein d'autres salles en Belgique.´

Le titre de votre album est aussi celuid'unechansonoùvousparlez des e-mails. Internet, c'est votre truc?

`Cela appartient à l'évolution du monde. C'est une chanson sur aujourd'hui. Et aujourd'hui, effectivement, on se dit Je t'aime par e-mail, mais chacun va sur la piste de danse de son côté.´

Frédéric François, CD Un slow pour s'aimer, distribution BMG.