Flop de la rentrée, la comédie musicale sur la vie du chanteur n’intéresse personne à Broadway et s’arrête brutalement.

"Nous avons été abasourdis et très attristés par notre incapacité à assurer une audience à cette comédie musicale que nous aimons profondément , ont confié les producteurs de The Last Ship au New York Times . Il n’y a pas d’explication facile."

Grosse claque (de fin) pour Sting donc (et son ego). Le chanteur, qui avait investi une fortune pour adapter son enfance en comédie musicale à Broadway, doit se rendre à l’évidence, The Last Ship est un naufrage artistique faute de spectateurs.

Une comédie musicale… bateau

Depuis 2010, le leader du mythique groupe Police bossait sur ce projet un brin mégalo (basé sur ses souvenirs d’enfance) mais ambitieux tout de même. Devenu un gouffre financier - débutée le 26 octobre dernier, la superproduction musicale coulera le 24 janvier prochain -, The Last Ship lève l’ancre malgré la présence de Sting sur scène ces derniers mois, histoire que le public morde enfin à l’hameçon. Mais alors qu’elle coûte chaque semaine la bagatelle de 625.000 dollars à produire, la comédie musicale n’a rapporté en moyenne que 491.000 dollars par semaine le mois dernier. La faute à son taux de remplissage de 83 %. Synonyme de naufrage pour un show qui a pignon sur rue à New York et principalement à Broadway. Un bide qui risque de faire couler… beaucoup d’encre.