Le nouveau Michael?

Musique

Karim Fadoul

Publié le

Le nouveau Michael?
© EPA
Premier album solo pour Justin Timberlake, leader des Nsync. Le CD a de quoi rappeler le son Jackson des années 80

BRUXELLES La dislocation du dernier des boysbands à succès? Peut-être. Même si pour le leader des Nsync (30 millions d'album dans le monde), Justin Timberlake, la sortie de son tout premier album en solo Justified ne constitue qu'une pause dans une carrière menée tambour battant avec quatre autres acolytes post-pubères. Cela nous fait irrémédiablement penser à Michael qui, en 1979, à la sortie de son disque Off the wall affirmait être toujours dans le coup avec ses Jackson de frères. Pourtant, à la première opportunité, Bambi lâcha Jackie, Marlon et autre Randy pour susciter une idolâtrie sans limite et se bâtir une renommée musicale planétaire.

Justin Timberlake, bientôt 22 ans, pourrait bien être ce nouveau Michael Jackson. Bien plus que des posters qui s'arrachent et une relation flashy avec Britney Spears, la Justinmania a de quoi interpeller. Car, il faut bien le reconnaître, son CD a de la trempe. Justin détaché des Nsync, ce n'est visiblement plus le même homme.

Point de niaiseries pop ou de mélodies rose bonbon pour minettes. Justified est un pur produit rhythm and blues/soul qui nous rappelle les premières heures glorieuses de Jacko dans les années 80, voire d'un Prince, encore connu sous cette appellation. Un disque aux agréables couleurs transportées par une voix qui, pour un petit blanc né à Memphis (patrie d'Elvis), laisse pantois.

Duo avec Janet

Les deux premiers singles font déjà un malheur. Like I love you, accompagné d'un clip à l'impressionnante chorégraphie, a été écrite par Justin et The Neptunes (Kelis, Jay Z). Dans les boîtes de nuit, la sombre intro à la guitare sèche suffit à elle seule à réveiller les instincts de danseurs des beaux gosses. The Clipse fournissent un rap percutant aux paroles léchées suivies par ce cri nasillard: `I just wanna love you baby´.

Cry me a river s'adresse à un ancien amour, moins portée sur la franchise que le romantique Justin. Produite par Timbaland (Missy), Cry me a river s'entame par une pluie fine pour se terminer en tempête, celle qui aura raison de l'ex à Justin. La vidéo semble d'ailleurs être tout droit inspirée de son idylle avec Britney née lorsque gamins, ils squattaient avec Christina Aguilera et JC Chasez (autre Nsync) les plateaux de l'émission de télé américaine le Mickey Mouse Club. Une revanche oeil pour oeil, dent pour dent.

C'est lors de l'enregistrement de leur dernier album Celebrity que les Nsync et Justin en particulier ont fait la connaissance de Pharrell Williams et Chad Hugo. Résultat: l'un des tubes de l'année 2002, Girlfriend. Pour son aventure en solitaire, le blond aux cheveux crollés fera justement appel à ces génies des studios. Outre Like I live you, le trio composera et écrira pas moins de 7 chansons. Celle qui ouvre le CD, Senorita constitue un véritable préambule aux chapitres suivants. C'est Pharrell - il chante en duo avec Britney dans Boys - qui annonce la vedette de la soirée à la manière d'un soulman de cafés. Senorita et sa mélodie hispanisante/country sonne agréablement. Rock your body est un appel assez groovy à une fille pour laquelle Justin a le béguin. Présomptueux, il lui assure qu'elle se retrouvera `nue avant la fin de la chanson´. Take it from here est une chaude ballade musicale. On se croirait dans le parc de Yellowstone.

Quant à Nothin Else, elle aurait bien pu être interprétée par les Bee Gees. Des studios Neptunes sont également sortis Last night et Let's take a ride, certainement pas à sortir en singles mais rafraîchissants.

(Oh no) What you got signée Timbaland dispense quelques sympathiques relents orientaux. Le son de Timbaland se retrouve aussi sur (And she said) Take me now, chantée en duo avec Janet Jackson. Anticipée, cette collaboration est pourtant le seul morceau qui n'est pas à la hauteur. Mis à part les premières paroles, la soeur à Michael disparaît très vite. Sur le slow Still on my brain, Justin nous donne l'opportunité de juger son organe. Envolées impeccables à l'instar de celles de Gone.

Personne ne s'y est trompé outre-Atlantique. La communauté afro-américaine a déjà adopté ce minet, nommé pour la prestigieuse cérémonie de remise des Grammy Awards, dans la catégorie Meilleure collaboration chanteur/rappeur. Si sacre il y a, cela pourrait le placer définitivement sur orbite.

Justin Timberlake, Justified (Zomba).

© La Dernière Heure 2003

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info