Jakbrol pointe du doigt en chanson la crise que rencontre le secteur culturel et le peu d'aide qu'il reçoit. 

"Le pire des virus, c'est pas le covid, c'est l'ignorance, c'est la culture qu'on étrangle et qu'on méprise". Le ton est donné dès le premier couplet de la chanson de Jakbrol. Le slameur, qui a écrit ce morceau pour dénoncer le manque d'intérêt porté au secteur culturel en crise, y fait l'étale d'une culture sous-estimée, mise de côté par le monde politique. "Ce serait con de remplir des salles quand il y a tant de place dans les avions", chante notamment celui qui s'est fait connaître en 2017, après avoir remporté la finale du concours Du F.  

Pour illustrer au mieux, le vide et l'absence de perspective auxquels doivent faire face les artistes, Jakbrol a tourné son clip sur les plaines désertes où auraient dû se regrouper des milliers de festivaliers cet été. Le slammeur interprète ainsi sa chanson sur les terres de Tomorrowland, de Werchter et de Dour, qui n'auront pas lieu cette année à cause de la crise sanitaire.  

L'artiste pointe également du doigt les préjugés souvent émis à l'égard du monde de la culture. "De toute façon, c'est que des stars. T'as peut-être raison, mais pour une star, y a quarante gars qui bossent dans l'ombre", rappelle-t-il dans le morceau."(...) Un artiste c'est pas juste une star qui fait de la thune, un sale chômeur qui chante juste, un parasite, une bonne excuse. C'est l'amour du public, mais surtout l'amour des factures payées avant qu'Engie décide de te faire passer l'hiver en bulle." 

"Le pire des virus, c'est pas le covid, c'est tout plein de gens qui crient dans le vide et qui attendent", finit-il le morceau dédié à la crise que rencontre actuellement la culture en Belgique.