Musique

Sur son nouvel album, "Chocolat", le frère d'Angèle porte un regard critique sur le passé colonial belge et sur sa cible N-VA préférée : Theo Francken. Le rappeur souffrant d'acouphènes ne manque donc pas de faire siffler les oreilles des autres...


Il le dit à longueur d'interviews : le rappeur Romeo Elvis, dont le premier album (studio) intitulé "Chocolat" vient de sortir (après les projets Morale et Morale 2, notamment), est globalement "fier d'être Belge". Mais sur son album, où il en revient à un style plus écrit, le frère d'Angèle (et fils de Marka et Laurence Bibot, pour rappel), n'omet pas de porter sur son pays un regard critique et piquant. Notamment à l'encontre d'un des hommes forts de la N-VA, Theo Francken. 

Sur le morceau "Belgique Afrique", qui aborde sans œillères le passé colonial de notre Royaume ("J'suis vraiment fier d’être Belge, Même si j'ai honte de nos ancêtres, ah c'est du passé / Vive notre économie , on n’en serait pas là sans les colonies / Et même si je suis vraiment fier d'être Belge, j'ai quand même honte de ce qu'on enseigne, Theo Francken, Theo Francken."), il déplore l'affection qu'une partie de la population porte à l'ancien Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la migration ("2019, Theo Francken est populaire, beaucoup trop populaire") et exprime "sa honte" face à ce phénomène. Il condamne également les chants racistes qui ont émaillé l'édition du Pukkelpop 2018.

En septembre dernier, le rappeur s'était déjà fendu d'une publication assassine à l'encontre de Francken, sur Instagram, où il évoquait son dégoût de voir "une crasse" comme lui au gouvernement.

© INSTAGRAM

Précisons enfin que Romeo Elvis a au moins la conséquence de joindre les actes à la parole (unificatrice) puisque, sur le morceau "Kuneditdoen", il devient le premier rappeur francophone belge à poser en flamand...

Un extrait de "Belgique-Afrique" de Romeo Elvis :


Notre critique de l'album "Chocolat" et l'interview du rappeur sont à lire sur notre site