Inquiet, le milieu de la musique live demande davantage de mesures.

Alors que l’annulation des festivals de l’été va sans doute être annoncée lors du prochain Conseil national de sécurité qui se tiendra mercredi, le circuit des festivals, clubs de musique et salles de concerts en Belgique alerte sur les conséquences lourdes qui pèsent sur le secteur. Il a d’ailleurs été le premier à subir les effets de la crise du coronavirus suite aux interdictions de rassemblements, avant même le début du confinement.

Dans une lettre ouverte, le milieu de la musique live indique comprendre les mesures sanitaires prises par le gouvernement mais s’inquiète d’un "énorme chaos économique et social" potentiel si l’annulation des grands événements estivaux se confirme. S’il apprécie les mesures politiques en faveur des particuliers et des entreprises (compensation, chômage temporaire, option de crédits modifiés…), il signale néanmoins que ces "mesures existantes devront être élargies en tenant compte de la spécificité du secteur de la musique en termes d’emploi".

Les conséquences économiques de la vente de billets peuvent déjà se chiffrer en centaines de millions d’euros. Mais c’est bien toute la chaîne qui va devoir subir ces impacts. "Les artistes et leurs managements voient leurs revenus disparaître. Ajoutez à̀ cela les dégâts pour l’entourage complexe de fournisseurs (constructeur·rice·s de scènes, sociétés de son et lumière, location de backline…), d’indépendants et freelances (technicien·ne·s du son et de lumière, stagehands, roadies, tour management…), de firmes de catering, etc., connectés au secteur de la musique et la somme totale s’élève au-dessus du milliard. Le revenu d’innombrables associations qui s’engagent chaque année dans les festivals d’été est aussi menacé."

Les différents acteurs demandent à pouvoir s’asseoir à la table des spécialistes pour discuter du problème. Parmi les signataires, on retrouve entre autres Rock Werchter, Tomorrowland, Dour Festival mais aussi le Botanique, l’Ancienne Belgique et le Rockerill.