BRUXELLES Parmi les icônes avec lesquelles Françoise Hardy se voyait bien enregistrer un duo, il y avait Alain Delon. Face auquel, elle en convient, elle était comme à la première heure, quand elle l'a découvert sur un écran de cinéma. "Cet homme représente quelque chose . Ça ne vous ferait pas cet effet-là, à vous ? " Si...

Mais vous sembliez très impressionnée...

"On était tous dans nos petits souliers. On avait convenu de la date du 9 mars parce que ça arrangeait tout le monde. Je suis arrivée un peu avant l'heure. On n'en menait pas large. J'avais demandé à Jean-Marie Perrier de venir, parce qu'il connaît Alain depuis toujours. Je m'étais dit que ce serait bien qu'il y ait une personne qui le connaisse. Il est arrivé un peu en avance. Son chauffeur m'a demandé très poliment si ça ne dérangeait pas Madame Hardy s'il était un peu en avance ! Il est arrivé avec un très joli bouquet d'anémones blanches. Je ne sais pas qui lui avait dit que c'était le jour de la Sainte-Françoise, mais il y avait pensé. J'avais pensé à lui pour ce duo parce que c'est un texte très noir et je voulais quelqu'un qui... souffre beaucoup. Ce texte correspondait à l'idée que je me faisais de ses états intérieurs. Par contre, dans la vie, il est très exubérant, très joyeux. Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'à l'intérieur c'est tout le contraire. Pendant l'enregistrement, c'était amusant, je voulais être sûre qu'il parte au bon moment. Il m'a proposé que je reste à côté de lui et que quand il fallait qu'il parle, je lui tape sur l'épaule. J'ai trouvé cette situation extraordinaire..."

Vous avez parlé plusieurs fois de hasards. Vous y croyez, à ça ?

"Je ne sais pas... Il faudrait que j'y réfléchisse et je perds la mémoire, avec le temps. Je n'ai pas l'impression qu'il y ait eu beaucoup de hasards sur cet album. Ah si, il y a eu Arthur H. Et Ben Christophers, aussi, avec lequel je chante My beautiful demon, ma préférée. Finalement, vous avez raison... Mais est-ce que le hasard existe ? "

Françoise Hardy, (Parenthèses...), Virgin.



© La Dernière Heure 2006