Opéré du cœur l’an dernier, Mick Jagger a retrouvé la forme et toute sa verve. La preuve avec un nouveau single des Stones et sa réaction aux propos de Sir Maca.

Il ne faisait pas l’ombre d’un doute que les propos de Paul McCartney concernant les Beatles et les Stones allaient faire quelques remous. Avant de se produire à l’occasion du concert One World : Together At Home mis sur pied par Lady Gaga, l’ex-bassiste des Fab Four avait répondu à l’épineuse question de savoir qui des Beatles ou des Stones était le meilleur groupe.

Non sans flatter ses concurrents, Macca avait, sans grande surprise, jugé les Beatles meilleurs. Il avait mis en avant la diversité de leurs influences pour étayer son avis, faisant remarquer que chez les Stones, tout leur répertoire était lié au blues. Difficile de lui donner tort sur ce point. Et la sortie surprise cette semaine du single "Living in a Ghost Town", le premier titre original des Stones depuis 2012, n’a fait que confirmer la chose.

Il n’empêche, Mick Jagger a tenu à réagir aux déclarations de Paul McCartney. En gentleman qu’il est - et oui, ce n’est pas incompatible avec le statut de rock star -, il a trouvé cela amusant. Dans l’entretien qu’il a accordé à Apple Music, il qualifie le Beatles d’adorable et assure qu’il n’y a pas de compétition entre eux.

"Cependant, la grande différence, explique-t-il en insistant sur le sérieux de son propos, c’est que les Stones sont un grand groupe de scène […] tandis que les Beatles n’ont jamais fait la moindre tournée des stades. […] Ils se sont séparés avant que le business des tournées ne démarre réellement."

Endossant le costume de professeur d’histoire du rock - qui lui sied pas mal, reconnaissons-le - Mick Jagger explique que tout cela a commencé en 1969 et que les Beatles ne s’y sont jamais frottés. "Ils ont donné de grands concerts et j’y étais, comme au stade Shea (à New York, ndlr). Mais les Stones ne se sont pas contentés de cela. Nous en avons fait à partir des années 70 et nous continuons aujourd’hui. C’est ça la vraie différence entre nos deux groupes. L’un (les Stones, ndlr) est incroyablement chanceux de continuer à jouer dans des stades tandis que l’autre (les Beatles, ndlr) n’existe plus."

Et les Stones ne sont manifestement pas prêts à raccrocher leurs instruments. La sortie du single "Living in a Ghost Town" et l’annonce d’un album à venir devrait les remettre une fois de plus sur la route. À bientôt 80 ans pour certains - Charlie Watts fêtera ses 79 ans le 2 juin prochain -, ils constituent un remarquable exemple de longévité. Et un miracle de la vie si l’on prend le cas de Keith Richards…