Malgré le niveau d’alerte terroriste, le trio Garou, Roch Voisine et Corneille tient à jouer, tels des Gentlemen Forever

"Je ne suis pas le style du mec qui lâche facilement", confie le chanteur canadien Roch Voisine qui sera en concert à Charleroi ce soir et -sauf contre-ordre- ce jeudi à Bruxelles avec les Forever Gentlemen. "Les militaires en rue et leurs blindés, ça me rassure. Vous pouvez être sûr que si on maintient ce concert à Bruxelles, ils seront là aussi ! Ce qui fait peur, c’est quand on ne les voit pas. Ces gens-là vont nous permettre d’oublier pendant 2 heures." L’artiste de 52 ans se souvient alors que son premier concert européen de sa carrière était à Forest National. "Un moment marquant à vie, j’en ai encore des frissons tellement on ne s’entendait plus chanter. J’espère pouvoir encore revivre ça un jour."

Tout en essayant de tenir le coup (on ne compte plus les tournées annulées ou reportées, le public désertant les salles de concert dans ce climat anxiogène), l’interprète d’Hélène -délaissé de Garou parti rassurer leur équipe- est " conscient que ce n’est facile pour personne. On vient du Canada, nos proches s’inquiètent, mais on a quand même décidé de venir. Toute l’équipe a été solidaire, je ne peux que les saluer. On veut montrer que, même si on est impuissant face à la volonté des gens de venir ou pas dans un tel contexte et qu’il y a un réel risque économique aussi, on est là. On fait tous un effort car on y croit. Surtout qu’on pense que les gens en ont aussi besoin. Ce show en hommage au Rat Pack donne la pêche. Il permet de lâcher prise et surtout de rester positif."

Plus que jamais, les artistes ont un rôle à jouer ?

"Exactement. Car notre métier a été attaqué de plein fouet. Et la capacité d’une population à se guérir de la vie de tous les jours, c’est bien la musique. Cette remise en question de la valeur de la musique, de la danse et des arts en général, est très importante. D’ailleurs, dans toutes les périodes de noirceur, la musique a toujours eu son importance."

La musique est votre arme à vous ?

"Certains l’utilisent pour faire passer des messages politiques ou des idées mais nous, c’est plutôt pour faire du bien aux gens et montrer qu’on est là. On ne pourra jamais dire qu’on est resté bien au chaud, même si c’est paradoxal de dire ça quand on vient du Québec ( sourire ) ."

Maintenir, c’est montrer que la peur ne gagnera pas ?

"C’est pour ça qu’ils font cela. C’est la grande stratégie de guerre de notre époque. C’est pour ça qu’elle est aussi efficace. Mais il y a des leçons à tirer de cela. La solidarité des gens après cet instant de peur. Ce qui veut dire que les terroristes ratent un peu leur coup finalement. Ils réveillent les populations, on est à l’heure du questionnement. Cette solidarité est fascinante. Tout d’un coup, les gens se transforment et se parlent, ça fait donc un peu l’effet contraire."

À l’image du Rat Pack (Frank Sinatra, Shirley McLaine, etc.), l’autodérision sera sur scène pour détendre l’atmosphère ?

"C’est la musique qu’écoutaient mes grands parents. La force de ce club privé était son mélange des genres qu’on respecte entre blues, jazz, folk et pop. Que Michael Bublé a remis au goût du jour. On fera des sketchs dirigés sur scène, on se taquinera en mode camaraderie ou crooner charmeur. Le mot crooner signifiant susurrer, parler dans creux de l’oreille. C’est le syndrome de James Bond, un gentleman en smoking mais pas tout rose non plus. Un gentleman doit toujours dire à une femme, même si elle se trouve un peu grosse dans sa robe, qu’elle est belle (sourire) !"

Forever Gentlemen, avec Garou, Roch Voisine et Corneille, en concert ce soir au Spiroudôme de Charleroi et maintenu (jusqu’à présent) ce jeudi au Palais 12 de Bruxelles. Infos et réserv. : ticketmaster.be.