Lou Deprijck, auteur du Come on Belgium (Euro 2016), envisage une chanson en russe.

"Damso pour l’hymne des Diables Rouges ? Ça va tirer le diable par la queue ça !", réagit celui qui avait fait Disco Samba Belgica à la gloire de la Coupe du Monde au Brésil. "Non mais quelle couillonnade ! C’est un peu la même chose qu’avec Stromae, personne n’a jamais chanté ce truc. Et le pire là-dedans, c’est que ça peut être une belle merde mais même sans avoir encore fait le titre, on dit que ce sera l’hymne des Diables ! L’Union belge, je ne sais pas ce qu’ils foutent mais ce n’est pas la première fois qu’ils pètent les plombs avec ça."

Pour rappel, ces derniers l’avaient déjà empêché de sortir son hymne ( Come on Belgium en duo avec Miss Belgique Annelies Toros) lors de la Coupe d’Europe 2016 en France. "Ils ont finalement laissé tomber car on a le même avocat", sourit celui qui adore la parodie de Jérôme de Warzée, hier matin, sur VivaCité ( "l’humoriste a juste employé les mots du rappeur !") . "Mais c’était dans l’air, je pense que Damso est un pote à Eden Hazard et il a convaincu l’Union belge bien que le rap ne coïncide pas avec les Diables Rouges. Je ne vois pas très bien pourquoi ils ont choisi ça, car faut que ce soit festif ! J’aimais bien le truc de Jean-Luc Fonck par exemple, On va gagner ! avec Kiki L’Innocent pour l’Euro 2016. À mon avis, ils vont ressortir le bazar ! Ça, c’est un truc standard qui peut servir pour toutes les coupes."

Mais avant ça, Lou Deprijck planche déjà sur un duo avec le Grand Jojo (comme lors de l’Euro 2000). "On en a discuté mais c’est un peu difficile", confesse le chanteur de 71 ans. "Il suffit juste de le convaincre, c’est mon pote, je le connais par cœur. Mais je ne le ferai pas sans lui car il est le seul qui sait faire ça. Il a les mots de rassembleur et de tolérance. Jean est pile dans la cible, c’est lui le champion !"

Et entre gens issus des cafés populaires ("on fréquente la base"), on se comprend. "La bonne idée, on l’a, suffit surtout d’encore trouver la mélodie derrière", conclut le célèbre auteur et producteur de Ça plane pour moi. "Si ce n’est pas bon, on ne le fera pas. Mais on va au moins essayer. Comme ils partent en Russie, on va tabler sur une chanson en russe. Et on voulait appeler ça En avant la musique ! Et avec nous deux déguisés en tsars évidemment (sourires). Je pars déjà sur une image et je planche sur la reprise de deux ou trois standards russes, en chantant mi-espagnol, mi-russe." Avec Deprijck, c’est bien connu, il y a toujours un Lou dans belgerie !