Notre collègue s’est éteint à l’âge de 87 ans. Il contribuait aux pages et articles du journal depuis 1954.

C’est avec tristesse que nous avons appris lundi le décès de notre collègue Max Vandermaesbrugge. Il s’est éteint dimanche, à l’âge de 87 ans. Rien ne laissait présager cette disparition puisque la veille encore, il avait pris contact avec la rédaction pour obtenir des informations nécessaires à son travail, avec toujours cette courtoisie qui le caractérisait. Chacun des journalistes avec qui il a été en contact le dit, Max Vandermaesbrugge n’était pas seulement un musicien brillant doublé d’une belle plume, c’était aussi la gentillesse incarnée.

Compositeur et pianiste aux innombrables distinctions (Chevalier de l’ordre de la Couronne, Premier Prix de composition du concours Reine Élisabeth de piano pour son "Étude Son et Rythme" imposée en demi-finale en 1968, Prix de la Sabam…), il a partagé son talent et ses connaissances avec les lecteurs de La DH depuis 1954 en tant que critique musical. Des décennies durant, il a eu sa colonne dans les pages du journal. Intitulée "La vie musicale", il y traitait de tout, qu’il s’agisse de réflexions sur l’enseignement de la musique ou de sujets plus insolites comme "Le physicien propose, la musique dispose".

Même si sa plume s’est faite plus rare ces dernières années dans les pages de La DH pour qui il a continué de couvrir, avec le perfectionnisme qui était le sien, le concours Reine Élisabeth jusqu’à l’an dernier, le passionné qu’il était n’écrivait pas moins de 22 articles par mois pour différentes publications.

Diplômé de l’Institut pour journalistes de Belgique et possédant les trois degrés de capacité du Jury spécial de l’État pour l’enseignement de l’éducation musicale, il a été professeur au Conservatoire de Bruxelles à partir de 1966 et inspecteur de l’enseignement artistique dès 1971. Il a écrit des centaines d’épreuves pour les examens d’aptitude de professeurs de toute discipline.

Depuis 30 ans, il formait aussi l’inséparable duo Antonymax avec son épouse Antonyne Lecocq à qui nous adressons nos condoléances.