Soupçonné d’avoir menti sur son état de santé critique, le chanteur répond à ses détracteurs.

L’affaire Polnareff a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. En tournée après neuf ans d’absence, le chanteur de Lettre à France a été contraint d’annuler une série de concerts à travers l’Hexagone suite à de graves problèmes de santé. Victime d’une embolie pulmonaire, Michel Polnareff a été hospitalisé à l’hôpital américain de Neuilly dans un état grave.

Une annulation qui a fait naître plusieurs rumeurs pouvant entacher sa réputation. Le producteur de sa tournée, Gilbert Coullier, a lui-même mis en doute le diagnostic des médecins. Selon certaines sources relayées dans les médias, ce n’est pas une embolie pulmonaire qui aurait contraint le chanteur à annuler ses concerts, mais bien son état trop alcoolisé de la veille et le fait qu’il n’avait pas envie de monter sur scène.

Agacé par ces rumeurs, Michel Polnareff - visiblement rétabli - a voulu remettre les pendules à l’heure sur Facebook en exprimant, dans une vidéo, sa colère face à ceux qui ont mis sa parole en doute : "Comme vous le savez, la tournée s’est terminée tristement. Seulement, c’était soit ça, soit l’Amiral (son surnom, NdlR) n’était plus là", commence le chanteur. "Heureusement à l’hôpital, ils ne m’ont pas envoyé un huissier, mais un médecin. Un huissier ça ne sert pas à grand chose en cas de maladie grave."

Il réclame ensuite des excuses envers le Docteur Siou et son équipe, et poursuit son autodéfense : "Je suis évidemment excessivement contrarié par les rumeurs de caprice de star. J’aurais bien aimé (...) mais malheureusement, ce n’en n’était pas un. Il faudra que les gens qui ont fait croire ça prennent leurs responsabilités et il faudra qu’ils présentent des excuses. Pas à moi mais au Dr Siou et au personnel de l’hôpital américain qui m’ont sauvé la vie. Ils ne méritaient vraiment pas qu’on doute de leur intégrité."

"C’était vraiment triste cette fin de tournée merveilleuse, avec une équipe merveilleuse à qui je n’ai même pas pu dire au revoir. Je ne les ai pas revus, ils sont tous disséminés à travers le monde" , ajoute l’Amiral avant de remercier ceux qui l’ont soutenu. "Merci à tous pour m’avoir soutenu; c’était très important pour moi à l’hôpital. Ça fait chaud au cœur de voir à quel point on est soutenu, ce qui veut dire que la bonne foi et la vérité triomphent toujours."