Marka et Laurence Bibot ont fait le tour du monde avant de revenir à la case Bruxelles avec leur album à deux voix

BRUXELLES Pour la blague, ils se comparent à Romina Power et Albano. Ils aiment bien aussi quand on suggère Peter et Sloane. Et du coup, ils enchaînent avec Nicole et Hugo ("un duo flamand "). À ce petit jeu-là, Laurence Bibot et Marka sont superforts. C'est que le couple a eu le temps de réfléchir aux inévitables comparaisons qu'on ne manquerait pas de leur faire, à l'occasion de la sortie de leur album, Monsieur et Madame .

Ils ont pu y cogiter dans l'avion qui les emmenait à Tokyo, par exemple. Ou alors à Osaka. Ou bien à Pékin, à moins que ce ne fût à New York. Autant de villes où les deux Bruxellois sont allés surprendre un public qui ne demandait que ça. Autant de pays où ils ont acquis une petite certitude : celle d'avoir bien fait de monter enfin sur scène ensemble pour chanter. "On a chauffé le spectacle un petit peu partout et ça, c'est un luxe incroyable ", dit Monsieur. "C'était le but, aussi : se faire plaisir, à tous les niveaux ."

"On n'a pas absolument cherché à être autonomes ", poursuit Madame. "Mais on a été un peu obligés par les événements. Au départ, on faisait de la musique et basta... Puis on s'est pris au jeu. "

Toujours d'accord, au final

Si, pour Madame, l'aventure était tentante, il lui restait quelques appréhensions avant d'entrer en studio et de monter sur scène. "Il y a des choses que je n'osais pas faire, d'autres sur lesquelles il fallait me donner confiance. Mais comme on était ensemble, je me sentais en sécurité. Ce qui est commode, c'est que comme je ne me prétends pas chanteuse, je peux toujours dire que ce n'est pas mon métier ! "

"Il y a un truc qui est évident avec elle, c'est que même si, pour la justesse, ce n'est pas toujours nickel, l'interprétation, elle, y est toujours. De par sa formation de comédienne. Moi, par contre, j'ai mis du temps parce que je l'ai appris sur le tas ", avoue Monsieur. "Il a fallu qu'il se débarrasse de certaines habitudes qu'il avait prises seul. " "Oui, mais au début, elle me confinait dans un rôle qui ne m'allait vraiment pas ", lui lance-t-il.

Ce qui est bien, avec Monsieur et Madame, c'est qu'ils finissent toujours par être d'accord. D'accord, par exemple, quand il s'agit de définir leur musique. "Des chansons qui donnent envie de se déguiser en chien et de monter sur les tables ." Certes. Mais encore ? "Ah, mais il faut venir voir ça, lundi. Mais c'est tout à fait ça. Le masque de chien - notre chien Poulette - on l'offre à un moment du concert. Et puis, les gens, dès qu'ils se cachent, ils se décoincent. Et puis, c'est gai de savoir qu'ils vont repartir avec un petit objet et que Poulette sera quelque part dans leur maison. "

En studio aussi, Madame a apporté à Monsieur quelques idées et une belle liberté. "Par exemple, elle a amené un roulement de gilles de Binche dans une chanson plutôt orientée très rock, genre Iggy Pop. Moi, je me disais qu'on ne pouvait pas faire ça. " "Sauf que si : on fait ce qu'on veut" , complète Madame. "C'est là qu'on a de la chance : on n'avait pas de comptes à rendre. Moi, je ne suis pas musicienne, je suis incapable de lire une partition et, du coup, je ne suis pas complexée. "

Mais, rappelle Monsieur, "on a toujours fonctionné comme ça. Laurence, dans tous les spectacles qu'elle a faits, elle les a créés elle-même. Elle n'a jamais attendu de recevoir des aides d'ici ou là. "

Monsieur et Madame sont un peu fatigués. Ce matin, ils se sont pris le chou à propos du décret Arena. "Quand on s'énerve, on sort le chien et quand on rentre, ça va mieux ", dit Monsieur. "C'est juste embêtant si on s'engueule avant de monter sur scène. Ou juste après. Mais en fait, il fait ça pour me garder à la maison ", dit-elle en riant.

"Elle dit ça, mais c'est elle qui est déjà en train de parler du prochain album. Mais quand je le lui rappellerai dans six mois, elle me dira qu'elle a oublié. "

Marka et Laurence Bibot, Monsieuret Madame. Site internet : www. monsieuretmadame.be. À l'AB ce lundi 3 décembre, à 20 h. Rés. : 02/548.24.24.



© La Dernière Heure 2007