Sa tournée fait escale samedi en Belgique, pour une date qui n'a pas été facile à remplir...

BRUXELLES Allez savoir pourquoi, en France, les deux concerts de Mylène Farmer au Stade de France (80.000 places, quand même !) ont affiché complet en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. En Belgique, par contre, la rouquine semble ramer davantage et les spots de pub à la radio nous le rappellent sans cesse : à quelques jours de l'événement, il reste toujours des tickets disponibles pour ce tout dernier concert de la tournée...

Mais les fans, eux, on n'en doute pas, ont fait l'acquisition de leur précieux sésame dès l'ouverture des réservations. Et ils savent sans doute déjà à quoi s'attendre, ayant suivi la tournée de leur idole de près. Pour les autres, celles et ceux qui vont découvrir le show pour la première fois à Bruxelles, force est d'avouer qu'il y a de quoi s'en mettre plein la vue. Le reste, au fond, n'étant qu'une question de goûts (qui sont tous dans la nature, c'est bien connu).

Mylène Farmer, donc, a pris d'assaut les arènes et autres stades, cet été, refermant la partie indoor de sa tournée lors d'un concert (auquel nous étions) à Douai. Si la set list ne devrait pas être bouleversée, la configuration de la scène, elle, s'en trouve largement modifiée. Puisqu'elle a plus d'espace, elle entend bien en profiter : avancée de 65 mètres dans le public et scène plus grande, voilà qui devrait donner de l'ampleur à un spectacle qui n'en manquait pourtant pas...

Successions de tableaux vivants, le concert de Mylène Farmer s'ouvre avec Paradis inanimé , qui voit la chanteuse sanglée dans un costume d'écorchée (vous avez saisi le message ?). Elle le gardera d'ailleurs pour les deux titres suivants, L'âme-stram-gram et Je m'ennuie .

Le temps d'une pirouette et la voici qui revient, toujours sapée par Jean-Paul Gaultier, dans une tenue nettement plus affriolante (surtout d'après les garçons). L'occasion de puiser dans son répertoire les titres coquins qui ont fait son succès. Ah, l'entendre minauder Appelle mon numéro , c'est quelque chose...

Mais là encore, les fans passeront à la comédienne - oops, la chanteuse, mais parfois, c'est à s'y méprendre - ses petits trucs et autres astuces pour susciter l'émotion. Qu'elle parvienne à verser une larme au même moment lors de chacun de ses concerts, c'est au moins digne des méthodes de l'Actors Studio.

Heureusement, pour remettre tout le monde d'accord, Mylène conclut avec les imparables Dégénération, Désenchantée et autre C'est dans l'air . Pour cette ultime date qui l'a vue parcourir le monde, gageons qu'elle se donnera à 200 % pour faire danser la foule rassemblée au Stade Roi Baudouin où même la météo devrait être clémente...

Mylène Farmer, Points de suture , Universal.



© La Dernière Heure 2009